MartinITFOR

Chronique Vintage : Michel Brière des Penguins de Pittsburgh

Vous m’excuserez de reprendre un texte que j’ai publié l’an passée à propos de Michel Brière sur mon blogue La Vie Est Une Puck,  mais la date d’aujourd’hui concorde avec l’anniversaire du décès de ce dernier et comme l’an dernier j’avais eu beaucoup de commentaires à propos de cette histoire de la part de gens qui venaient d’Abitibi et dont certains ont même connu Brière dans leur jeunesse, j’ai cru bon la reprendre dans le cadre de ces collaborations avec 25stanley.com…

Jusqu’à maintenant, les Penguins de Pittsburgh n’ont retiré que deux numéros, il s’agit bien sûr du numéro 66 de Mario Lemieux et du numéro 21 de Michel Brière… Mais qui était ce Michel Brière?

Michel Brière est né à Malartic en Abitibi en 1949. Dès son hockey junior, Brière montra un talent remarquable ainsi qu’un charisme qui faisait lever les foules. En deux saisons avec les Bruins de Shawinigan, en 1967-68 et en 1968-69, Brière totalisa 320 points en 100 parties dont un impressionnant total de 125 buts, terminant premier marqueur de la ligue lors de ces deux saisons… Et une personne m’a fait savoir l’an dernier qu’il rata la saison 1966-67 au complet en raison d’une blessure pour ensuite remporter le championnat des marqueurs lors des deux campagnes suivantes, il était donc très doué. Inutile de dire que les portes de la NHL lui furent rapidement ouvertes. Brière fut repêché par les jeunes Penguins de Pittsburgh au troisième tour, 26e au total, lors du repêchage de 1969.

C’est donc à l’âge de 20 ans que Brière débarqua avec les Penguins sans trop parler l’anglais mais avec beaucoup de détermination. Lorsque le directeur général Jack Riley lui offrit son premier contrat, Brière demanda environ 1000$ de plus au 4000$ de bonus de signature que l’équipe lui offrait sous prétexte qu’il allait jouer pour les 20 prochaines saisons à Pittsburgh, avec l’équipe qui l’a repêché. Il obtint d’ailleurs le montant exigé, la loyauté, ça paye… Brière allait connaître une très bonne saison recrue en 1969-70, marquant 12 buts et récoltant 32 passes pour un total de 44 points en 78 matchs avec une une jeune équipe assez ordinaire. Il devint une force pour les Penguins en séries éliminatoires alors qu’il marqua le but gagnant en supplémentaire qui allait sortir les Seals d’Oakland devant une foule très faible de 3028 fans californiens. C’était d’ailleurs la dernière fois que les Seals allaient participer aux séries de leur histoire. Les Penguins allaient toutefois s’incliner devant les Blues qui pour leur part se firent sortir en 4 matchs en finale de la Coupe Stanley par les Bruins de Boston. Rappelez-vous le but gagnant de Bobby Orr… Michel Brière termina pour sa part les séries avec 5 buts et 3 passes en 10 matchs. Les 20 prochaines années allaient être pleines de promesses pour les partisans des Penguins de Pittsburgh avec un jeune joueur prometteur comme Brière…

Malheureusement, le destin allait en décider autrement. Michel Brière était supposé se marier durant l’été 1970 avec sa copine Michèle Beaudoin avec qui il était père d’un bébé d’un an nommé Martin. Le mariage avait été prévu pour le 6 juin 1970. Mais le 15 mai 1970 aux environs de 21h, Brière roulait avec deux amis sur la route 117 entre Malartic et Val d’Or dans son Mercury Cougar 1970 à environ 70 kilomètre de Malartic dans un endroit que nomme dorénavant « La croche à Brière » lorsqu’il eut un accident de voiture. Brière fut retrouvé à une certaine distance de sa voiture par les ambulanciers. Comme si l’histoire n’était pas assez dramatique, lorsque Michel Brière inconscient fut amené à l’hôpital de Val d’Or, l’ambulance frappa et tua un jeune cycliste de 18 ans nommé Raymond Perreault. Brière et Perreault, également natif de Malartic, étaient apparemment amis…

Michel Brière fut plongé dans un profond coma des suites d’un traumatisme crânien subit lors de cet accident. Il fut rapidement transféré à l’hôpital Notre-Dame où il reçut quatre opérations au cerveau. Sept semaines plus tard, Brière commença à montrer quelques signes de vie. Mais après avoir oscillé entre un coma profond et quelques signes d’améliorations pendant 11 mois, Michel Brière mourût le 13 avril 1971 à l’âge de 21 ans…

Lors de la saison 1970-71, les Penguins transportèrent l’équipement de Brière tout au long de la saison en hommage au jeune joueur en se disant que Michel était avec eux. Le chandail #21 que Brière ne fut jamais porté de nouveau par un joueur des Penguins suite au décès de Brière. Son chandail fut officiellement retiré le 5 janvier 2001. Le trophée de la Ligue de hockey junior majeur du Québec remis annuellement à la recrue de l’année porte le nom de Michel Brière… Une amie native de Malartic m’a également dit qu’il y avait un fresque à son honneur dans l’aréna de Malartic qui se nomme d’ailleurs le Centre Michel-Brière…