Calem Burger

Roger Federer refuse d’aller jouer en Arabie saoudite

Tennis

Le 22 décembre prochain, Rafael Nadal et Novak Djokovic doivent jouer en Arabie saoudite, pour la toute première fois de leur carrière.

Les deux meilleurs joueurs au classement de l’ATP ont accepté une invitation pour le King Salman Tennis Championship qui sera présenté dans la ville de Jeddah.

Le numéro 3 de l’ATP a toutefois décliné cette invitation. Roger Federer a confirmé mardi qu’il avait refusé de s’y rendre.

 

Une question de santé ou une motivation politique?

On ignore pour le moment ce qui a motivé Federer a refusé cette invitation. Le Suisse de 37 ans dispute moins de tournois qu’avant. Il les trie sur le volet, afin d’être à 100% pour les tournois qu’il juge les plus importants. Il pourrait donc avoir refusé de jouer un match amical en Arabie saoudite pour des raison de santé et de repos.

Néanmoins, il se pourrait que sa motivation soit tout autre. En effet, l’Arabie saoudite est pointée du doigt depuis le 2 octobre, alors que le journaliste du Washington Post Jamal Khashoggi a été tué après une visite au consulat saoudien d’Istanbul, en Turquie.

Le journaliste critiquait ouvertement le prince saoudien et plusieurs soupçonnent un assassinat politique. D’ailleurs, 18 suspects saoudiens ont été arrêtés à la suite du décès de Khashoggi.

 

Une réponse vague de Federer

Interrogé sur son refus de se rendre en Arabie saoudite, Roger Federer a simplement indiqué qu’il avait été contacté, mais qu’il préférait ne pas y aller. Il se dit heureux de pratiquer et de faire d’autres activités et qu’il préférait tout simplement ne pas jouer là-bas le 22 décembre. Le Suisse a précisé que sa décision a été très facile à prendre.

Pourtant, Federer passe souvent ses hivers au Moyen-Orient. L’athlète suisse possède une maison à Dubaï, qui est située à seulement 2h30 en avion de Jeddah. Une petite escapade en Arabie saoudite n’aurait donc pas été particulièrement éprouvante pour lui s’il était parti de Dubaï.

Il n’est pas absurde ou difficile de croire que le meurtre du journaliste ait influencé la prise de décision de Federer.