Eugenie Bouchard : l’effort sans les résultats

Tennis

Rien ne va plus pour Eugenie Bouchard.

La Montréalaise a subi une 12e défaite de suite lundi, en étant éliminée au premier tour du US Open. Sa dernière victoire remonte au moins de février. C’est donc dire qu’elle enchaîne les insuccès depuis maintenant plus de 6 mois.

Il est vrai que la joueuse québécoise n’est sans doute pas une joueuse de calibre du top-5 mondial. En revanche, avec les résultats qu’elle a déjà obtenus par le passé, il est clair qu’elle a le potentiel de faire mieux qu’en ce moment.

Après son revers de lundi, Eugenie Bouchard a avoué qu’elle était tannée de perdre. Elle entend toutefois continuer de travailler dur à l’entraînement afin d’améliorer son sort

 

Une travailleuse acharnée

Dans sa chronique de mercredi matin, Réjean Tremblay s’est portée à la défense de la joueuse de 25 ans. Il affirme que lors de la Coupe Rogers de Montréal, des dirigeants de Tennis Canada lui ont confié que la Montréalaise s’entraînait très fort. Ils lui souhaitent tous de mettre fin à sa séquence de défaites. Selon le chroniqueur, les gens de Tennis Canada semblent totuefois penser que la mère d’Eugenie exerce une mauvaise influence sur la carrière de sa fille.

Même chose du côté des journalistes québécois affectés à la couverture du tennis féminin. Réjean Tremblay affirme que ceux-ci sont unanimes : Eugenie Bouchard s’entraîne avec acharnement et est très persévérante. Ils reconnaissent toutefois que sa maman pourrait être une distraction.

 

Françoise Abanda

En contrepartie, le chroniqueur du Journal de Montréal affirme que des membres de Tennis Canada lui ont dit qu’ils étaient déçus par l’ardeur au travail de Françoise Abanda. Selon eux, la joueuse québécoise possède le plus grand talent de toute l’histoire du tennis féminin canadien. Malheureusement, l’effort ne serait pas toujours au rendez-vous. Une personne travaillant pour Tennis Canada aurait affirmé «qu’avec le talent qu’elle a, Françoise devrait monter vers les sommets des classements.»

Comme on le sait, ce n’est jamais arrivé. La joueuse de 22 ans est présentement 278e au monde. Le rang le plus élevé où elle s’est rendue en carrière, c’est le 111e échelon qu’elle a atteint en octobre 2017.

 

Via Réjean Tremblay / Journal de Montréal