Tout ce que tu dois savoir sur la Ligue des champions 20-21

Embed from Getty Images

Cet article est propulsé par DAZN, qui offre plus de football en direct que quiconque.

Avec la LNH et la NBA, on s’était habitué à regarder du sport en après-midi, que ce soit au dépens du télé-travail ou seulement en background pendant qu’on le fait. Le tennis est encore une option de ce côté, mais le vrai retour à l’action se fera avec la phase de groupe de la Ligue des champions qui débute le 20 octobre.

C’est difficile de demander mieux que 32 des meilleures formations européennes qui se disputent le titre malgré les restrictions de la pandémie mondiale.

Ceci étant dit, c’est possible que tes connaissances en soccer européen soient rouillées, donc j’ai décidé de préparer un texte sur ce que tu dois savoir avant le début de la phase de groupe.

Les grands favoris

On va débuter avec les grands favoris pour remporter la compétition et on ne peut pas parler de cette catégorie sans mentionner les champions en titre; le Bayern Munich du Canadien Alphonso Davies. Ce titre était le premier du Bayern depuis 2012-13, ce qui précédait le règne de terreur du Real Madrid, qui a gagné quatre des cinq Ligues des champions suivantes.

Le Bayern tentera à leur tour de défendre leur titre et selon les preneurs aux livres, ils ont de bonnes chances de le faire même si c’est loin d’être dans la poche.

Le bon côté pour nous, c’est que tu peux facilement justifier compter pour cette équipe à cause de la présence d’Alphonso Davies, qui représente rien de moins que le futur du programme canadien de soccer d’excellence du côté masculin. À 19 ans, il est déjà en train de faire sa place parmi les gros noms du soccer mondial.

Évidemment, le Bayern n’est pas le seul prétendant au titre. Avant le début de la saison, Manchester City avait clairement établi son plan d’y aller pour le titre de la Ligue des champions. Ça a fait mal à leur début de saison dans la EPL, mais leur objectif est clair.

Heureusement pour eux, ils auront le temps de redresser la barque puisqu’ils sont tombés dans un groupe très gérable avec Marseille, Olympiakos et le FC Porto. En fait, City est présentement l’équipe la plus avantagée dans son groupe.

C’est une toute autre histoire pour le PSG, finaliste l’an passé. Ils sont dans un groupe piège, ce qui va compliquer leur objectif de devenir la première équipe française à remporter la Ligue des champions depuis Marseille en 92-93. Leur présence en finale l’an passé était la première d’une équipe de la France depuis Monaco en 2003-04.

On ne peut pas tous les lister, mais c’est évident que les équipes à gros pedigree comme Liverpool, Real Madrid, Barcelone, Juventus et Chelsea sont toutes à prendre au sérieux.

Les groupes à surveiller

On a déjà parlé du tirage au sort des groupes de la Ligue des champions et de son impact sur les chances des gros clubs. Ce n’est toutefois pas tout le monde qui a eu la chance de Manchester City.

Selon moi, le groupe le plus compliqué va être le H. Le PSG a démontré l’an passé être l’un des meilleurs clubs d’Europe et la réputation de Manchester United est bien connue, mais le Red Bull Leipzig voudra encore jouer les troubles-fêtes.

Ces derniers s’étaient rendus en demi-finale l’an passé après avoir gagné leur groupe. Ils avaient notamment éliminé Tottenham et l’Atlético de Madrid lors de leur parcours. Leipzig occupe d’ailleurs le premier rang de la BundesLiga présentement et ils pourraient très bien surprendre des amateurs qui reviennent au sport après quelques années de pause. C’est malheureux pour le Basaksehir d’Istanbul, qui va servir à ces trois clubs-là de bâtir leur différentiel de buts.

Un autre groupe qui attirera l’attention sera le G. Ce ne sera pas pour le suspense de voir si Barcelone et la Juventus se qualifieront pour le prochain tour, mais plutôt pour les matchs Messi vs Ronaldo qui font toujours jaser, si ce dernier se remet de la COVID-19 à temps.

Le groupe le plus ouvert est probablement le groupe F, qui a le Borussia Dortmund comme favori, mais pourrait aussi voir la Lazio de Rome ou le Zenit de St. Petersburg s’imposer. Il faut aussi attribuer une mention au groupe E où Chelsea, Séville et Rennes peuvent tous prendre la première place.

Les troubles-fêtes

Évidemment, dans ce genre de compétition, il y a toujours une équipe ou deux qui brise le rêve des favoris pour faire un bout de chemin dans la compétition. L’an passé, Leipzig avait occupé ce rôle et comme je l’ai mentionné plus haut, je ne tomberais pas en bas de ma chaise s’ils le refaisaient cette année.

Un autre club allemand, le Borussia Mönchengladbach, est identifié par les preneurs aux livres comme possible trouble-fête dans le groupe B où l’Inter de Milan et le Real Madrid sont les favoris évidents. Si c’est le cas, le club allemand dont je n’ai pas nécessairement le goût de répéter le nom sera à surveiller puisqu’ils ont le potentiel d’exploser plusieurs favoris dans cette compétition.

J’en ai déjà glissé un mot, mais on peut dire la même chose de Rennes, qui partage un groupe avec Chelsea et Séville. Le club français est présentement au sommet de la Ligue 1 et dans une année où on attend le PSG, ce serait drôle de voir Rennes ou Marseille faire un bon bout de chemin dans la compétition européenne.

Un dernier outsider à considérer est l’Atalanta, qui a un début de saison carrément dominant en Italie (3 victoires en 3 matchs avec un différentiel de +8). Ils n’ont pas un groupe facile avec Liverpool et l’Ajax, mais s’ils peuvent en sortir, personne ne voudra les voir en ronde des 16.