MLS – Olivier Renard sur le moment où tout a basculé pour Thierry Henry et l’Impact de Montréal.

Soccer
olivier renard thierry henry

Le directeur sportif de l’Impact de Montréal, Olivier Renard, est revenu sur les évènements qui ont suivi la défaite contre Orlando CS dans le cadre d’un excellent entretien avec Mario Langlois ce lundi au 98,5 FM.

Le dirigeant belge revient sur la qualification de l’Impact de Montréal face au D.C. United et a fait le point sur certains dossiers donc les évènements qui sont suivi la défaite face à Orlando.

Cela débute par Amar Sejdić qui a abruptement écourté sa présence en conférence de presse, sans raison apparente. Ensuite, les journalistes ont attendu près d’une heure, en vain, l’arrivée du joueur Clément Diop.

Alors que Thierry Henry confirme à la presse que l’équipe va repartir du New Jersey en direction de Montréal pour deux jours de repos, il est finalement décidé de rester pour mieux préparer la dernière rencontre du championnat régulier.

L’on comprend maintenant que tout s’est décidé lors d’une réunion extraordinaire qui s’est tenue à la demande des dirigeants de l’Impact.

Au moment où l’Impact de Montréal affronte D.C United, le risque est élevé de ne pas faire les séries éliminatoires pour une 3e année de suite. Malgré les bénéfices psychologiques de rentrer à la maison, il faisait tout de même peu de sens que l’équipe n’optimise pas son temps avant ce match crucial.

« Après la défaite d’Orlando j’ai voulu vraiment, bon j’ai une carrière de 19 ans de footballeur actif en Europe et Thierry [Henry] faut même pas faire le CV de sa carrière. Il s’est rendu compte lui-même aussi. Y’a eu une très grosse discussion et je m’excuse même au niveau des médias car je sais qu’il y’a eu cette attente interminable pour terminer les interviews et ça s’est malheureusement clôturé sans joueurs donc je m’excuse en tant que directeur sportif pour ce contre-temps directement après le match d’Orlando. Mais la discussion avec les joueurs a été longue mais y’a eu aucune plainte, aucun mécontentement, ils se sont tous rendus compte de la situation compliquée et c’est à ce moment que toute cette semaine passée ensemble, on s’est dit que la dernière semaine il fallait vraiment mettre les bouchées doubles et même le match d’hier [vs DC United] a été un peu le reflet de notre saison» a déclaré Olivier Renard.

Le staff technique a donc fait volte-face pour faire valoir l’impérieuse nécessité de rester au New Jersey. Selon nos sources, la discussion fut houleuse et longue avec les joueurs qui ont finalement entendu le point de la direction.

On pourrait rapidement conclure que la semaine d’entrainement complète a porté ses fruits, puisque l’Impact l’a remporté contre D.C. United. Mais dans le détail des choses, que l’on comprend l’importance du choix de rester au New Jersey.

En effet, Thierry Henry a pu mettre en place un schéma inédit avec Anthony Jackson-Hamel en pointe. Le coach a aussi pu travailler sur les automatismes de sa défense alors que Rod Fanni a été préféré à Luis Binks. Autre bénéfice, c’est Mustafa Kizza qui a pu s’entrainer une fois de plus avec le groupe et dont la rentrée en jeu a été décisive dans le cadre du 3e but.

Globalement, l’intensité des joueurs et leur capacité à revenir au score en deuxième mi-temps pour la première fois de l’année, démontrent aussi que l’équipe montréalaise a grandement bénéficié de cette décision.

Pour autant, le directeur sportif de l’Impact ne s’enflamme pas suite à la performance de dimanche. Olivier Renard reste lucide sur la suite des choses avec en point de mire le match contre New England Revolution le 20 novembre.

« On a mal commencé le match. On subit le premier but, on revient, on a des occasions mais on les rate et puis de nouveau une erreur défensive qui offre un corner à l’adversaire et on est de nouveau puni et ça s’est passé souvent. À chaque fois qu’on a tendu le bâton on s’est fait frappé directement, et parfois nous avions les occasions de mener au score dans d’autres matchs et on le faisait pas mais ça c’est des moments où on doit grandir en tant qu’équipe, on doit être plus tueur dans les 16 mètres adverses. Comme je disais y’a encore beaucoup de progrès à faire. » a t-il ajouté suite à ses explications.

***

Encore plus de contenu soccer

Kan Football Club : La poutine du soccer ! Trouvez des chroniques, vidéos, podcasts sur l’Impact de Montréal, le soccer local et le foot mondial sur la plateforme kanfootballclub.com, et procure-toi un chandail Trop de Poutine !