L’improbable premier tiers de saison de l’Impact

Soccer
Crédit photo - Capture d'écran Twitter

C’était la soirées des premières mercredi pour l’Impact.

Le onze montréalais a remporté une première victoire en saison régulière au Red Bull Arena.

Zakaria Diallo et Max Urruti ont chacun inscrit leur premier but dans l’uniforme de l’Impact.

 

Un premier tiers plus que réussi

Mine de rien, l’Impact a déjà disputé le tiers de sa saison. En 12 rencontres, le Bleu-Blanc-Noir a récolté 20 points, ce qui le place en triple égalité avec l’Union de Philadelphie et le D.C. United en tête de la Conférence de l’Est.

Si le club montréalais conservait cette tendance toute la saison, il terminerait l’année avec un total d’environ 57 points. C’est 11 points de plus que la récolte de l’an dernier. Avec un tel nombre de points, l’Impact aurait conclu la campagne au 3e rang de l’Est.

 

Succès à l’étranger

La saison dernière la troupe de Rémi Garde en avait arraché pas à peu près à l’étranger, concluant la campagne avec une fiche de 3-12-2. L’Impact fera mieux cette saison: c’est déjà un fait acquis.

En effet, l’Impact a déjà remporté une victoire de plus sur les terrains adverses qu’en 2018. Sa fiche à l’étranger est actuellement de 4-3-2.

À ce stade-ci, on peut difficilement ne pas être optimiste face au reste de la saison de l’Impact. Surtout que le Bleu-Blanc-Noir disputera 14 des 22 matchs qu’il lui reste au Stade Saputo. Traditionnellement, il est plus facile de gagner à domicile qu’à l’étranger. En 3 matchs à Montréal cette saison, l’Impact a récolté 2 victoires et 1 défaite.

 

Des victoires malgré l’absence de Piatti

Plus impressionnant encore: l’Impact a réussi à s’en tirer assez bien malgré l’absence d’Ignacio Piatti au cours des 9 derniers matchs.

On s’explique toutefois assez mal comment l’équipe de Rémi Garde a réussi à conserver une fiche de 4-3-2 depuis la blessure de Piatti. Durant cette séquence, le onze montréalais a marqué 8 buts, mais en a alloué 13.

Il faut toutefois prendre en considération le match du 30 mars. L’Impact avait alors subi une dégelée de 7-1 face au Sporting de Kansas City. Si on enlève cette rencontre de l’équation, ça nous donne un portrait plus juste de la réalité de l’Impact en l’absence de Piatti.

En effet, ça donne une fiche de 7 buts pour et 6 buts contres en 8 parties. En gros, l’Impact n’est vraiment pas une puissance offensive, mais s’en tire très bien défensivement.

En jouant principalement à domicile pour le reste de la saison et avec (souhaitons-le) un retour rapide de Piatti, les choses ne devraient que s’améliorer pour l’Impact au cours des prochains mois.