Revenons sur l’échange de Tyler Seguin

Avant la folie des agents libres, nous avons eu droit à une transaction d’une grande importance dans la LNH. Dans une transaction qui impliquait 7 joueurs, les Bruins de Boston ont envoyé Tyler Seguin à Dallas.

Cette transaction a permis à quelques journalistes situés à Boston de nous sortir leurs meilleures histoires sur Seguin. Bien évidemment, ces histoires étaient restées sous silence avant l’échange, car les journalistes ne voulaient pas endommager leur relation avec le joueur. Maintenant qu’il est parti, ils s’en sacrent et nous ont offert quelques histoires intéressantes.

On le sait, Seguin n’a que 21 ans. Comme tout gars de 21 ans, il aime avoir du plaisir quand il en a la chance. Le fait qu’il soit un athlète professionnel ne fait que lui donner plus d’occasions de célébrer. Et quand il peut, il le fait, on a des exemples ici, ici, ici, ici, ici, ici et ici. Bref, vous comprenez le principe !

Et bien, il semblerait que ce comportement et cette attitude soient les raisons principales de son départ de Boston. Voici la ligne du temps des évènements qui auraient fait déborder la goûte du vase de Seguin à Boston.

Série Leafs-Bruins

En 1e ronde, les Bruins de Boston ont éliminé les Leafs de Toronto en 7 parties. Ce fut beaucoup plus difficile que la majorité des experts pensaient. Pendant cette série, Seguin a vu son temps de glace diminuer constamment. À l’époque, on pensait que Julien n’aimait pas le fit de Seguin avec son système, mais il semble qu’il y ait plus que cela à cette histoire.

Selon Joe Haggerty, de Comcast New England, Seguin se serait pointé à l’aréna des Leafs avec le même linge sur le dos pendant 3 jours consécutifs pendant les matchs 3 et 4 qui avaient lieu dans sa province natale. On dit même que certains membres de l’organisation l’auraient confronté parce qu’il « n’était pas prêt à jouer » avant ces matchs.

Selon Stephen Harris, du Boston Herald, ça en est venu à un point où les Bruins ont du enfermer Seguin dans sa chambre d’hôtel avec un garde de sécurité à la porte. Le but de cette opération était de s’assurer que Seguin n’allait pas faire la fête en séries. Quand c’est rendu que tu dois enfermer un de tes joueurs pour qu’il ne sorte pas, c’est que tu as un gros problème sur les épaules…

Réaction du DG

Après les séries, le DG des Bruins, Peter Chiarelli, avait même déclaré que Seguin devait s’investir à devenir un professionnel, parce que ce n’était pas le cas pour le moment, et qu’il devait mettre plus de focus sur son jeu. Évidemment, le DG de Boston n’a pas spécifié que le problème était les partys de Seguin, mais il a montré que quelque chose devait changer. Finalement, il n’a pas attendu et l’a envoyé à Dallas.

Et celle des parents

Après la transaction, les parents de Seguin ont réagi à toute cette attention médiatique. Le père a mentionné que le style de vie de son gars a certainement nui à sa relation avec les Bruins. Par contre, il n’a pas nié que son fils aimait faire le party. Il avait une attitude qui semblait dire que son gars avait 21 ans et que c’était bien normal qu’il aime sortir dans les bars le samedi soir. Sa mère, quant à elle, fut beaucoup plus dérangée par ces histoires qui circulaient. Elle a qualifié ces histoires de stupides en disant que les médias inventaient cela pour faire passer la pilule aux partisans.

La réaction de Seguin

Le moins dérangé par la situation semble être Tyler Seguin. Le 4 juillet, il avait un party d’organisé pour la fête nationale des États-Unis. Cette nouvelle n’a pas annulé le party qui est devenu un party d’échange.

Merci à Bruce pour la passe sur la palette pour ces photos.

Par contre, ça reste quand même des histoires, et on ne sait jamais si on peut vraiment se fier à ce que les journalistes disent dans ce cas là. Cela nous au amène au cas de…

L’échange de Schneider

Au repêchage, les Canucks ont surpris pas mal tout le monde en échangeant leur gardien Schneider en échange de l’espoir, Bo Horvat. Cet échange a surpris alors qu’on s’attendait plutôt à voir Luongo bouger. Cela a amené à ce tweet de Bill Watters, un journaliste de Toronto.

Ce tweet a lancé des rumeurs qui mentionnaient que Schneider fréquentait la femme d’un de ses coéquipiers. Nous avons donc contacté un contact près de la chambre des Canucks pour savoir si c’était vrai. Cette source nous a dit qu’elle n’avait jamais entendu parler de ça et si elle n’en a pas entendu parler, les joueurs de l’équipe non plus, donc ce n’est pas vrai. Dans ce cas-ci, on call donc BULLS*@T