Phil Kessel a utilisé sa clause de non-échange pour s’assurer de se retrouver en Arizona

Embed from Getty Images

À cause de l’implication d’Alex Galchenyuk, la transaction qui a envoyé Phil Kessel en Arizona a résonné plus fort que prévu à Montréal, mais c’est un dossier qui se préparait depuis un bon moment. La relation entre Kessel et Rick Tocchet, qui a passé du temps à Pittsburgh, était visiblement assez forte pour faire en sorte que Kessel voulait seulement aller jouer pour lui.

Selon Josh Yohe de l’Athlétique, Phil Kessel aurait d’ailleurs utiliser sa clause limitée de non-échange parfaitement pour forcer la main aux Penguins. L’attaquant avait le droit de soumettre une liste de huit équipes auxquelles il accepterait une transaction et il a évidemment inclus les Coyotes.

Les sept autres équipes étaient des formations avec lesquelles les Penguins ne feraient jamais de transaction. Ça faisait donc en sorte que Pittsburgh n’avait pas vraiment le choix de l’envoyer en Arizona s’ils voulaient le bouger. Ils ont essayé de l’envoyer ailleurs au Minnesota, mais il a dit non et ça leur a certainement compliqué la vie.

On ne connait les sept autres formations listées par Kessel, mais on peut imaginer qu’il y avait quelques rivaux de division comme les Flyers, les Rangers et les Capitals dans le groupe. Les Leafs seraient une autre équipe logique considérant leur problèmes salariaux et son passé avec l’organisation.

Bref, peu importe les clubs, c’est une façon assez incroyable de prendre une clause de non-échange limitée et de la transformer en clause béton. Il n’est pas le premier à faire ça, mais c’est toujours fascinant de voir cette stratégie fonctionner puisque plus souvent qu’autrement, ce sont les organisations qui gagnent ce bras de fer. On n’a qu’à penser à Nikita Zaitsev qui va se retrouver à Ottawa même s’ils n’étaient pas sur sa liste initiale.