Oliver Ekman-Larsson aurait une entente verbale avec les Coyotes

Embed from Getty Images

Même si la cuvée 2018 ne s’est pas encore rendue sur le marché, il y a des joueurs dont le contrat viendra à échéance en 2019 qui parlent déjà avec leur équipe pour voir ce qui va se passer de ce côté. L’un d’entre eux est Oliver Ekman-Larsson puisque les Coyotes voulaient voir s’ils allaient devoir l’échanger afin d’éviter de le perdre pour rien.

On dirait bien qu’ils n’auront pas à le faire puisque selon Elliotte Friedman, les équipes qui ont contacté les Coyotes à son propos se sont faites dire qu’il n’était plus disponible. L’agent et l’équipe n’ont pas voulu en parler, mais si l’on se fie à l’analyste, on dirait qu’il y a une entente verbale entre le défenseur et les Coyotes. C’est quand même bon de spécifier qu’il ne peut rien signer d’officiel avant le 1er juillet.

Aux dernières nouvelles, ils négociaient un contrat de huit ans d’une valeur avoisinant les 65 M$. On peut donc croire que l’entente finale sera dans ce coin-là en plus de contenir une protection d’échange et une structure de bonus assez pesante, particulièrement lors des années où un arrêt de travail est probable.

OEL n’avait pas reçu de vote pour le Norris l’an passé et on ne le sait pas encore pour la campagne 2017-18, mais il avait été dans le top 20 lors des quatre saisons précédentes, incluant deux top 10. Son meilleur résultat pour ce trophée était une septième place en 2013. Il ne gagnera probablement pas le trophée au cours de sa carrière, mais si jamais la reconstruction des Coyotes finit par fonctionner, il ne faudrait pas se surprendre de le voir dans les finalistes.

Cette saison, le défenseur suédois a été le quatrième meilleur pointeur des siens avec 14 buts et 28 passes. Il a ainsi franchi la barre des 40 points pour une quatrième fois en cinq saisons, donc c’est un gars assez constant offensivement. Avec près de 24 minutes par match, il était le patineur de l’Arizona le plus utilisé en 2017-18.