Marc Bergevin agit comme un DG qui doit faire les séries, selon Friedman

Embed from Getty Images

Marc Bergevin s’est attiré beaucoup d’éloges avec la signature de Tyler Toffoli lundi après-midi. Il faut dire que cette signature a été très abordable et qu’elle comble un besoin évident à Montréal tout en créant une profondeur enviable pour la majorité des équipes de la LNH.

D’ailleurs, après cette signature, Elliotte Friedman a commenté la situation montréalaise à la station de radio de Sportsnet à Toronto. Selon Friedman, Bergevin a fait pas mal tout ce qu’il voulait pour la saison morte. L’informateur a également précisé que plusieurs équipes étaient à la poursuite de Toffoli.

Il a continué son point en disant que Marc Bergevin agit comme un gars qui doit faire les séries. Si le Canadien fait les séries, Friedman ne croit pas que Bergevin aura des problèmes par rapport à sa sécurité d’emploi, mais si ce n’est pas le cas, ça pourrait être une discussion.

Ce n’est pas surprenant de voir de tels propos (quoiqu’un peu prématuré) et c’est indéniable que Bergevin a cherché à améliorer son club cet été pour passer à la prochaine étape. Les acquisitions de Josh Anderson et de Tyler Toffoli devraient donner un deuxième souffle à l’attaque et bien qu’il y a beaucoup de limites dans le jeu d’Edmundson, l’arrivée de Jake Allen devrait permettre au meilleur joueur de la concession d’offrir le meilleur de lui-même.

Le problème, c’est que ce ne sera peut-être pas suffisant. Si le système des séries reste le même, je ne vois pas comment Montréal pourrait déloger Tampa Bay, Boston ou Toronto dans le top trois de l’Atlantique. Ça laisse les Sabres, qui se sont aussi donné un méchant coup de pouce au cours de la saison morte, et les formations de la Métropolitaine qui ne sont pas dans le top trois de leur division. Bref, ce ne serait pas une place en séries assurée.

On peut dire la même chose si jamais la LNH était forcée à tenir une division canadienne à cause de la COVID-19. Les Sénateurs sont une proie facile, mais c’est plus compliqué ailleurs au pays et ce ne serait certainement pas une balade dans le parc.

Marc Bergevin a donc placé ses pions pour faire avancer son club là où il devrait être, mais c’est loin d’être certain qu’il y sera à cause de la compétition féroce auquel il fera face. Éventuellement, ça pourrait alimenter des discussions par rapport à son futur avec l’organisation.

Friedman à propos de Marc Bergevin