L’offre des Sabres pour Babcock était plus grosse que celle des Leafs

Babcock

[oboxads]

Mon aspect préféré de la signature de Mike Babcock à Toronto est l’amertume des Sabres qui a suivi cette décision. Pour la deuxième fois de l’été, la direction de Buffalo croyait obtenir leur premier choix et à la dernière minute, ils ont appris qu’ils devront se contenter du prix de consolation. Même avec beaucoup de répétitions, ils ne sont pas habitués de perdre et leur déception était palpable.

Cette déception était tellement forte qu’elle s’est rendue jusqu’à la conférence de presse qui présentait Babcock aux médias de Toronto. Le coach a tout d’abord ajouté de l’huile sur le feu en disant que l’offre des Sabres était plus grosse que celle des Leafs alors qu’on pensait qu’elles étaient semblables avant cette conférence de presse.

Brendan Shanahan a aussi lancé des flèches peu subtiles vers l’organisation de Buffalo lorsqu’il a déclaré que si Babcock avait choisi leur rival de division, ils auraient été fâchés, mais qu’ils ne l’auraient pas accusé d’avoir négocié de mauvaise foi.

Cette rencontre avec les médias nous a aussi permettre d’en apprendre un peu plus sur le contrat du coach. Par exemple, il n’y a pas de clause de sortie comme on pensait au départ et l’entraîneur ne devrait pas avoir de rôle dans la construction de l’alignement.

Toronto lui aurait offert un contrat de 10 ans au départ, mais il a pris 8 ans parce qu’il croyait qu’un contrat d’une décennie était trop long. C’est bon de noter que le coach aura 60 ans à la fin de cette entente…