Les Coyotes et Oliver Ekman-Larsson négocieraient un contrat d’environ 65 M$

Embed from Getty Images

La prochaine cuvée des agents libres aura des gros noms avec John Tavares et John Carlson, mais certains regardent déjà la cuvée de 2019. Le trio de défenseurs élites potentiellement disponibles est la tête d’affiche de cette cuvée avec Drew Doughty, Erik Karlsson et Oliver Ekman-Larsson. Comme ce sont trois joueurs qui pourraient changer le futur d’une équipe, c’est facile de comprendre l’engouement des partisans.

Par contre, on oublie souvent que c’est comme ça à chaque fois qu’on regarde un an d’avance et que les gros noms signent au cours des saisons, ce qui rend le marché beaucoup moins intéressant. On dirait que ça arrive déjà pour la cuvée de 2019 avec le joueur que plusieurs voyaient comme celui qui avait le plus de chances de se rendre au marché.

Selon Craig Morgan, qui est le journaliste de référence en Arizona, les Coyotes discutent présentement d’un contrat de huit saisons qui comprendrait un impact salarial de plus de 8 M$ avec Oliver Ekman-Larsson. On ne sait pas si ce contrat est suffisant pour faire en sorte que le Suédois ne testera pas le marché, mais on ne le saura pas de sitôt de toute façon puisqu’il ne peut pas signer de prolongation de contrat avant le 1er juillet prochain.

Un impact salarial légèrement supérieur à 8 M$ ne semble pas énorme pour un gars de sa réputation, mais il faut comprendre que P.K. Subban est le seul défenseur qui est assuré d’avoir un plus gros impact salarial pour la saison dans laquelle cette entente commencerait (2019-20). Même si Doughty et Karlsson vont certainement battre cette marque, ça reste un gros montant pour un défenseur qui n’a jamais fini plus haut que le septième rang dans le vote pour le trophée Norris. C’est certain que le marché dans lequel il joue ne l’aide pas de ce côté, mais ça reste qu’il n’a pas le pedigree des autre défenseurs dans cette conversation.

Ceci étant dit, il n’y a pas de doute qu’OEL est extrêmement important pour les Coyotes. Il est probablement leur seule vedette établie en attendant l’éclosion complète de Clayton Keller et pour une équipe qui a de la difficulté à vendre des billets, c’est une valeur importante. Il était aussi le 25e joueur le plus utilisé dans la LNH l’an passé avec une utilisation moyenne de 23:41 par match. Il venait également à égalité au 23e rang des pointeurs chez les défenseurs avec 42, ce qui n’est pas facile à faire avec la saison de misère de l’Arizona.