Les Bruins ne savent pas quoi faire avec Milan Lucic

Campbell-Horton-Lucic-Boychuk

[oboxads]

Avec leur situation salariale très serrée, plusieurs rumeurs entourent les Bruins de Boston présentement. Un des joueurs visés par les médias et les partisans est Milan Lucic. L’attaquant vient de connaître une saison de misère alors qu’il n’a marqué que 18 buts et obtenu 26 passes en 81 rencontres. Ce n’est pas suffisant pour un gars qui gagne 6 millions.

D’ailleurs, ce contrat vient à échéance le 1er juillet 2016 et il sera agent libre sans restriction à ce moment-là. Ça place les Bruins dans une situation particulière puisqu’ils doivent prendre une décision assez rapidement dans son cas.

Lors de son intervention à la station de radio Sportnet 960 lundi matin, Elliotte Friedman a rappelé que le président de l’équipe, Cam Neely, a déclaré qu’il fallait que les Bruins se remettent à jouer comme les bons vieux Bruins et que Lucic cadre parfaitement dans cette identité. Le DG, Don Sweeney, lui aurait aussi dit que Lucic est le genre de gars avec qui tu bâtis ton équipe. C’est donc difficile de l’échanger, particulièrement après une saison difficile.

Toutefois, Friedman a aussi expliqué que c’est difficile d’offrir une prolongation de contrat à Lucic puisque cette mauvaise saison pourrait être un premier signe de son corps qui n’est plus capable de suivre. Après tout, le style de Lucic n’est pas idéal pour la longévité de sa carrière.

Les Bruins ont donc 3 options devant eux. La première est une transaction pour faire de la place et s’assurer de ne pas perdre le joueur pour rien dans un an. Le risque de ce scénario est de le voir rebondir ailleurs et d’avoir abandonné trop tôt. Considérant la direction que Cam Neely veut donner à son organisation, les chances que ça arrive sont assez faibles.

Ils pourraient aussi lui donner une prolongation de contrat pour éviter de le perdre en 2016 et pour le signer à un moins gros salaire à cause de sa dernière saison. Bien évidemment, c’est un bon plan s’il rebondit, mais s’il continue à décevoir, la direction a simplement grossi le problème.

Leur dernière option est le statu quo. Ils trouvent l’argent manquant ailleurs dans la formation et ils donnent une chance à Lucic de rebondir. S’il se plante à nouveau, ils pourront le laisser partir ou le signer à bas prix et s’il joue bien, ils obtiennent une bonne saison à son salaire actuel avant de devoir sortir le carnet de chèques à nouveau.

Cette option est probablement la moins risquée et comme les directions de la LNH sont extrêmement averses au risque, c’est elle qui risque d’être choisie même si selon Friedman, les Bruins ne savent pas encore ce qu’ils vont faire.

Via Today’s Slapshot