Le VP des Red Wings à propos d’Anthony Mantha : « Très, très, très décevant »

En septembre, on pensait qu’Anthony Mantha avait une chance de devenir le premier joueur depuis 1999 à faire le saut du junior aux Red Wings. Par contre, lors du tournoi des recrues, il a subi une fracture du tibia qui lui a fait manquer 2 mois. Cette blessure l’a forcé à commencer l’année avec les Griffins de Grand Rapids dans la AHL.

À sa première saison chez les pros, l’attaquant de 20 ans a amassé 15 buts et 33 points en 62 matchs de saison régulière et il a une passe en 5 matchs de séries. Ce n’est pas mauvais, mais on est loin de ses 81 buts en 81 matchs dans la LHJMQ l’an passé.

D’ailleurs, le vice-président de l’équipe, qui est listé au-dessus de Ken Holland sur le site web de l’organisation, Jim Devellano, a remarqué les performances du joueur de 6 pieds 5 pouces et 195 livres.

Dans une entrevue avec Fox Sports Detroit, Devellano a dit qu’il était très, très, très déçu du jeu de Mantha avant d’ajouter qu’il disait ça avec beaucoup de tristesse puisque l’organisation avait de gros espoirs pour l’attaquant après son passage dans le junior.

Ce sont des déclarations assez sévères considérant que l’on parle d’un gars de 20 ans qui en était à sa première saison chez les pros. La blessure qui a mis fin à son camp d’entraînement doit également être prise en compte.

Devellano n’est pas le seul à critiquer Mantha alors que plusieurs recruteurs mettent en doute son jeu défensif et la constance de son effort, mais c’est le premier dirigeant des Wings qui en a parlé publiquement de façon aussi sévère.

Malgré ces commentaires, ce serait surprenant que les Wings abandonnent dans le cas du jeune attaquant québécois. Ils sont reconnus comme une organisation qui prend son temps et qui développe bien le potentiel, ce qui ne manque pas du côté de Mantha. 29 DG vont probablement faire un appel à Ken Holland juste pour être certain, mais ces commentaires sont probablement plus pour motiver le jeune que pour le mettre sur le marché des échanges.

Via Justin Bourne