Le mois d’avril semble être la limite pour la discussion olympique

Les commentaires de Gary Bettman sur les Olympiques de la Corée du Sud hier ont jeté de l’huile sur le feu, mais on connait maintenant un peu mieux les enjeux dans cette situation. C’est le cas à cause de 2 textes; l’un vient de John Shannon, un ancien employé de la ligue qui travaille pour Sportsnet, et l’autre a été une entrevue d’Igor Eronko dans un média russe avec René Fasel, le président de l’IIHF.

Sans surprise, Shannon nous a présenté le point de la LNH et c’est intéressant parce qu’il nous rappelle que la ligue veut pouvoir profiter de cet événement. Pour l’instant, ils ne peuvent même pas en faire la promotion sur leurs plateformes et même si les coûts sont compensés (par l’IIHF cette fois-ci), la pause des revenus pendant 17 jours à cause de cet événement ne le sont pas. On ne se sent pas mal pour la ligue après la lecture de ce texte, mais on comprend un peu mieux ce que la ligue désire dans tout ça.

On y apprend notamment que la LNH a fait trois propositions au CIO pour faciliter la participation de la ligue, mais elles ont tous été refusées. La première était de déplacer le tournoi de hockey olympique aux Jeux d’été pour éviter le conflit d’horaire, mais considérant l’ampleur des jeux d’été, c’est inconcevable.

La deuxième aurait vu le CIO acheter un ou deux matchs locaux des 31 équipes de la ligue pour qu’elle puisse réduire le nombre de matchs dans son calendrier cette année-là sans que ça coûte aux propriétaires. Ce n’est toutefois pas une solution viable pour le CIO parce que d’autres fédérations vont leur demander la même chose (on pense notamment au basketball, au golf et au tennis).

La dernière aurait permis à la ligue de devenir un commanditaire officiel des Olympiques (ce qui a une valeur habituelle de 120 M$). Ils auraient donc pu utiliser les logos officiels dans leurs publicités en plus de pouvoir utiliser le contenu créé sur leur plateforme, ce qui est un point non-négligeable en 2017.

Dans ce texte, John Shannon parle aussi d’une date limite le 12 avril puisque ce serait le début des séries et que la LNH ne voudrait pas que cette mauvaise publicité fasse de l’ombre au tournoi printanier. Entretemps, Shannon croit que les vraies négociations se dérouleront au cours des prochaines semaines.

Cette date est intéressante puisque ça suit l’échéancier que René Fasel a glissé dans son entrevue avec le média russe. Le président de l’IIHF a pris bien soin de noter que ce n’était pas une date limite, mais qu’il s’attendait à ce que ce soit réglé vers la fin du mois d’avril. Cette date lui vient de Hockey Canada, donc ça commence à faire pas mal d’acteurs principaux qui regardent vers ce coin. Il a ajouté qu’il ne pouvait pas attendre en juillet comme ce fût le cas à Sotchi parce qu’ils ont besoin d’assez de temps pour orchestrer les plans B.

Dans cet entretien, Fasel a aussi lancé un avertissement assez sévère à la LNH en disant qu’il ne pouvait pas assumer qu’ils allaient manquer Pyeongchang avant de revenir en Chine en 2022 pour aider leur visibilité dans ce marché. Les négociations seraient alors différentes et on peut assumer que ça veut dire que sa fédération ne fournirait pas nécessairement les coûts de transport et d’assurance comme ce serait le cas cette fois-ci. Comme Elliotte Friedman, Fasel s’attend à voir NBC mettre de la pression sur la ligue pour les envoyer aux Jeux, donc il y a une tonne d’acteurs en jeu.

Bref, on approche rapidement de la « date limite » pour toutes ces négociations et ça risque de se décider au cours des prochaines semaines. C’est clair qu’on espère encore que la ligue y soit, mais c’est une semaine difficile pour les optimistes dans ce dossier.

Tags: