Le Fenwick, ça mange quoi en hiver?

Depuis la saison 2012-2013, j’utilise pas mal les stats avancées sur le site. Toutefois, je n’ai jamais pris le temps de les expliquer en long et en large et les raisons pourquoi je les aime autant. Donc, au lieu d’essayer de le faire en 3 lignes à chaque fois, je vais les expliquer comme du monde cet été. On est rendu au Fenwick.

Fenwick

[oboxads]

Le Fenwick dérive du Corsi. La statistique porte le nom de son créateur, un blogueur de Calgary nommé Matt Fenwick. En 2007, il a eu l’idée de retirer les lancers bloqués par les défenseurs du Corsi puisque selon lui, ces lancers n’étaient pas des chances de marquer et n’étaient donc pas un bon proxy pour estimer la possession d’une équipe ou les chances de marquer de celles-ci.

Au cours des années, on s’est rendu compte que, bien que le Corsi soit meilleur pour évaluer les joueurs à cause du plus gros échantillon qu’il donne, le Fenwick nous donne une meilleure idée pour les équipes puisque certaines équipes sont simplement meilleures pour bloquer des lancers que d’autres.

Qu’est-ce que le Fenwick?

Comme indiqué plus haut, le Fenwick n’est que le Corsi sans prendre en compte les lancers bloqués par la défense. C’est donc les lancers au but, les lancers manquant la cible et les buts d’une équipe par rapport à l’autre. Le chiffre est souvent démontré en % puisque c’est plus facile pour comparer les équipes.

Comme pour le Corsi, on évalue seulement ce chiffre à 5 contre 5. Également, le plus souvent possible, j’utilise le Fenwick avec le score serré puisque ça permet d’éliminer les effets du score. Le score est considéré comme serré lorsqu’il y a un but d’écart ou moins dans les 2 premières périodes et lorsque c’est égal en 3e période ou en prolongation.

Pourquoi est-ce qu’on l’utilise?

Tel que mentionné plus haut, on utilise surtout le Fenwick pour évaluer les équipes au lieu des joueurs. C’est le cas puisqu’on a un plus gros échantillon avec les équipes et on peut donc se permettre d’éliminer les lancers bloqués par la défense qui créent très rarement des chances de marquer.

Comme pour le Corsi, on l’utilise pour estimer les chances de marquer et la possession en zone offensive des équipes. Ça nous permet de voir quelles équipes contrôlent le jeu et quelles équipes n’ont pas besoin de Zamboni dans leur zone offensive. Comme le graphique plus haut le démontre, plus une équipe domine en terme de Fenwick, plus elle a de chances de gagner la Coupe Stanley.

Les tendances du Fenwick nous permettent également de voir comment une équipe joue au cours des derniers matchs. À ce niveau, ce sont les graphiques d’Extra Skater qui maintiennent une moyenne roulante des 10 derniers matchs qui font le meilleur travail. Voici celui du Canadien en 2013-2014.

Le Fenwick ajusté selon le score

La variante du Fenwick que l’on voit le plus souvent est le Fenwick ajusté selon le score. Cette méthode nous permet d’enlever complètement les effets de score (qui nous montre que l’équipe qui mène a tendance à lever le pied). En enlevant ces effets, on obtient une meilleure analyse.

D’ailleurs, au cours des dernières années, la moyenne du Fenwick ajusté selon le score au cours des 20 derniers matchs de la saison a été le meilleur chiffre pour prédire ce qui va se passer pendant les séries. C’est donc un chiffre qui est de plus en plus populaire.

Graphique via Chris Boyle