L’agent de Nail Yakupov n’est pas satisfait de l’utilisation de son client

Rumeurs

Oilers - Nail Yakupov

La saga Yakupov est loin d’être terminée à Edmonton. En effet, l’agent de Yakupov, Igor Larionov, rencontrera la direction des Oilers d’Edmonton sous peu pour discuter de l’utilisation de son client. Selon Craig Custance d’ESPN, Larionov est vraiment mécontent du temps de glace de Yakupov.

L’agent a même déclaré que son camp était ouvert à une échange si c’est ce que ça prend, et ce, quelques jours après que l’entraîneur des Oilers, Dallas Eakins, ait déclaré qu’il n’y avait aucun danger de voir l’ancien premier choix au total se faire échanger. Disons que ces déclarations publiques n’aideront certainement pas à réparer la relation entre les deux camps et que ça risque d’être tendu dans cette réunion.

Plus ça va, plus une transaction est possible de ce côté et ce n’est certainement pas une bonne nouvelle pour les Oilers qui n’obtiendront pas un retour juste en retour de leur ancien premier choix au total à cause des circonstances actuelles.

Après tout, Yakupov est encore très (très) jeune et le potentiel est encore là. Si jamais les Oilers venaient à l’échanger, il se retrouverait probablement dans un environnement qui serait meilleur pour lui et cela lui permettrait sans doute de devenir le joueur étoile qu’il est censé être.

Bref, c’est impossible pour les Oilers de gagner dans cette situation. S’ils échangent Yakupov, ils prennent le risque qu’il se développe ailleurs après l’avoir échangé pour des peanuts. S’ils le gardent, son environnement ne sera pas idéal et les chances qu’ils se développent comme il est supposé le faire sont très minces.

Parlant de Yakupov, on panique peut-être un peu trop vite dans son cas. En 65 matchs dans la LNH, le russe a marqué à 19 reprises, ce qui lui donne une cadence de 24 buts en 82 matchs. Les 5 attaquants choisis au 1er rang au total avant lui ont maintenu une moyenne de 24,2 buts à leurs 82 premiers matchs. Ce groupe est composé de Ryan Nugent-Hopkins, Taylor Hall, John Tavares, Steven Stamkos et Patrick Kane. On ne parle donc pas de pieds de céleri ici.