Brian Burke n’aime vraiment pas Las Vegas ou les publicités sur les chandails

Burke

[oboxads]

Le président des opérations hockey des Flames, Brian Burke, participait à une conférence sur la business du sport mercredi. Comme à toutes les fois qu’il prend le micro, Burke a fait jaser avec ses idées bien arrêtées.

Le premier dossier qu’il a abordé est la possible expansion à Vegas. Burke a dit qu’il y a une raison pourquoi la ville n’a toujours pas accueilli une organisation. La discussion sur Las Vegas a mené à un débat sur le gambling pendant lequel Burke a comparé la possible légalisation des paris sportifs présentement discutée aux États-Unis à la vente d’héroïne dans les arénas.

L’ancien DG des Maple Leafs a également mentionné qu’il ne croit pas qu’un marché canadien (Toronto) soit en mesure de supporter deux équipes puisque ça nuirait trop à l’organisation déjà en place.

Burke a aussi parlé de la publicité sur les chandails. Il déteste ce concept, qu’il a également comparé à la vente d’héroïne pour une raison quelconque. Burke a fait référence aux chandails en Suède qui le rendent malade. Il croit que la ligue devrait chercher à diminuer ses coûts avant de tenter ce genre de passe-passe pour augmenter ses revenus.

Son dernier point concernait les sports de contact qui sont sous attaque selon lui. Burke a peur que toutes les restrictions sur les mises en échec au hockey mineur créent une génération de gars plus faibles même si les jeunes qui choisissent de pratiquer ces sports le font à cause des contacts. Il croit toutefois que les batailles n’ont pas leur place dans le hockey mineur même si c’est toujours le cas dans le hockey professionnel.

Via Kavitha Davidson