Christophe Perreault

Artemi Panarin demandera un salaire annuel de 10-11 M$ dans son prochain contrat

Rumeurs
Embed from Getty Images

La visite des Blue Jackets à Toronto a permis à Pierre LeBrun de reconnecter avec ses sources de l’équipe pour discuter de Sergei Bobrovsky et Artemi Panarin, les deux vedettes russes de l’équipe qui seront agents libres sans restriction à la fin de la saison. Comme l’équipe va bien, les deux gars sont heureux, mais Panarin a déjà mentionné qu’il n’allait pas négocier pendant l’année, donc ça ne change rien à leur futur pour le moment.

LeBrun a toutefois obtenu une nouvelle parcelle d’information dans le cas d’Artemi Panarin. Selon l’informateur, l’attaquant demandera un salaire annuel entre 10 et 11 M$ dans son prochain contrat, que ce soit à Columbus ou ailleurs. C’est une grosse demande, mais il ne serait pas le seul ailier dans ce territoire alors que Patrick Kane a un impact salarial de 10,5 M$ à Chicago. Après ça, il faut descendre à Alex Ovechkin, qui est un peu au-dessus de 9,5 M$. On peut donc croire que Panarin voudra se retrouver entre les deux.

Techniquement, les Blue Jackets ont la place pour le signer avec près de 30 M$ de libre sous la masse avec un plafond stable l’an prochain. Par contre, ils doivent aussi signer Zach Werenski en plus de trouver le remplaçant de Bobrovsky si celui-ci quitte, donc ils ne peuvent pas lancer de l’argent par les fenêtres non plus.

C’est évidemment un gros montant pour un ailier, mais ce n’est pas n’importe lequel non plus. Il a été voté dans le top cinq des ailiers gauches de la LNH pour les équipes d’étoiles au cours de ses trois années dans la ligue. Il a aussi récolté des votes pour le trophée Hart l’an passé et il ne semble pas ralentir avec 22 points en 20 matchs cette année.

À 27 ans, c’est évident qu’il ne gardera pas ce rythme tout au long de son contrat, mais j’imagine que le calcul à appliquer, c’est qu’il le vaudra pendant les premières années et que la hausse du plafond salarial aidera à compenser au cours des dernières saisons. Malgré le sursaut que l’on fait automatiquement en lisant ce chiffre, je crois qu’il n’est pas loin de sa vraie valeur avec cette demande et ce sera à lui de décider s’il veut signer son méga-contrat à Columbus et s’il préfère l’attrait des gros marchés.