5 légendes de la LNH qui auraient pu avoir une carrière encore plus spectaculaire sans la cigarette

Maintenant qu’on connaît les impacts du tabac sur la santé, on ne voit plus de fumeurs dans la LNH. Toutefois, ça n’a pas toujours été comme ça alors que quelques légendes de la ligue sont passés à l’histoire en fumant. Le coup de grâce pour les fumeurs a été l’imposition des nouveaux règlements qui ont accéléré le jeu et qui ont forcé les joueurs à avoir un meilleur cardio. Le calibre de jeu s’est amélioré en même temps que la santé des gars de la LNH.

En passant, si tu es un fumeur (même occasionnel) et que tu veux arrêter, ne sous-estime pas l’importance des ressources à ta disposition. Il existe une nouvelle façon originale d’obtenir de l’aide pour écraser. Il suffit de s’inscrire au SMAT (un service de soutien par messagerie texte pour arrêter le tabac) qui pourrait être l’équivalent des nouveaux règlements de la LNH pour ton habitude. Tu peux obtenir les détails en cliquant ici. En attendant, allons voir 5 légendes qui ont dominé malgré cette habitude néfaste et qui se seraient sans aucun doute dépassées s’ils avaient écrasé à temps. Imaginez ce qu’ils auraient pu accomplir…!

1. Bill Durnan

Durnan

C’est probablement le nom le moins connu de cette liste, mais Durnan était tout un gardien. Il a gagné 6 trophées Vezina et 2 Coupes Stanley pendant sa carrière de 7 saisons dans la LNH entre 1944 et 1950. Il a également été le dernier gardien à porter le C lors de la saison 1947-48. Pendant sa carrière, la première chose qu’il faisait en rentrant au vestiaire, c’était de s’allumer une cigarette et il ne commençait pas à retirer son équipement avant la fin de cette cigarette. Le stress était toutefois trop important pour lui et il n’a jamais trouvé le soutien nécessaire pour le gérer. C’est pour ça qu’il a quitté la LNH si rapidement.

2. Guy Lafleur

Lafleur

Lafleur n’a plus besoin de présentation grâce à sa carrière incroyable (5 Coupes Stanley, 3 Art Ross, 2 Hart, 1 Conn Smythe, 560 buts et 1353 points), mais sa consommation de cigarettes est un peu moins connue. Lafleur devait se cacher pour éviter de se faire prendre par Scotty Bowman, mais il fumait entre chaque période pendant une bonne partie de sa carrière. On évaluait sa consommation à un ou deux paquets par jour. Quand tu regardes une vieille partie et que tu trouves que tout est ralenti, c’est pour ça; les meilleurs joueurs de l’époque pouvaient le faire en scrapant leur cardio et en patinant aussi vite que Douglas Murray.

3. Mike Bossy

Si Lafleur devait se cacher pour fumer, ce n’était pas le cas de Bossy qui fumait autant, mais qui le faisait dans le vestiaire devant ses coachs. Malgré cette mauvaise habitude, Bossy a une tonne de records de la LNH et il a inscrit plus de 50 buts lors de toutes ses saisons dans la ligue à l’exception de sa dernière. Il faut dire qu’il a joué son dernier match à l’âge de 30 ans à cause de problèmes avec son dos. C’est malheureusement ce qui arrivait dans le temps alors que les gars en savaient moins à propos de leur santé et c’est pour ça que Bossy pouvait fumer aussi librement.

4. Steve Larmer

Même s’il fumait comme une cheminée pendant sa carrière, Steve Larmer a terminé avec 1012 points en 1006 rencontres. Au passage, il a gagné le trophée Calder et une Coupe Stanley avec les Rangers en 1994. Il veut maintenant aider les jeunes athlètes à éviter le tabac et il considère que cette habitude est celle qu’il regrette le plus. Larmer essaie donc d’aider les jeunes avant qu’ils aient besoin d’un système de soutien comme le SMAT.

5. Mario Lemieux

Lemieux_3_resize

Lemieux était fumeur lorsqu’il est arrivé dans la LNH, mais comme les joueurs commençaient finalement à s’occuper de leur santé à l’époque, le joueur étoile a suivi la tendance en arrêtant de fumer. Lemieux est le 8e pointeur de l’histoire de la LNH avec 1723 points en 915 rencontres. C’est le seul joueur du top 35 de l’histoire de la ligue qui ne s’est pas rendu à 1000 matchs bien qu’il avait un talent fou et il s’y serait probablement rendu s’il n’avais pas conserver cette mauvaise habitude tout au long de sa carrière.