Ryan Poehling commence à se réchauffer chez le Rocket

Rocket
Crédit photo - AHL Report

Le Rocket de Laval rendait visite au Wolf Pack de Hartford vendredi.

Le club-école du Canadien connaît un début de saison plutôt ordinaire et ça s’est poursuivi hier. La troupe de Joël Bouchard s’est inclinée 2-1 en prolongation. Laval a maintenant une fiche de 3-5-1 cette année.

Le Rocket aura au moins réussi à bien jouer défensivement, ce qui n’a pas toujours été le cas depuis le début de la campagne. En effet, la formation lavalloise a maintenant une moyenne de trois buts alloués par rencontre.

À l’attaque, l’équipe de Joël Bouchard marque en moyenne 2,33 buts par match.

 

Les champions de l’infériorité numérique

Et vendredi, le Wolf Pack a eu le dessus 21 à 19 au chapitre des tirs au but. Il faut également souligner le fait que le Rocket a réussi à repousser six attaques massives durant la rencontre.

D’ailleurs, Laval est l’équipe la plus efficace de la Ligue américaine en désavantage numérique depuis le début de l’année. Le Rocket a maintenant un pourcentage d’efficacité de 96,9% en infériorité. Le club-école du tricolore n’a alloué qu’un seul but en 32 situations de désavantage numérique.

 

Un autre point pour Ryan Poehling

L’autre bonne nouvelle, c’est qu’on dirait que Ryan Poehling commence à trouver sa vitesse de croisière avec le Rocket. En effet, le choix de première ronde du CH en 2017 a récolté hier un cinquième point à ses six derniers matchs.

En première période, l’attaquant américain a dévié un tir Phil Varone devant le filet et a ainsi inscrit son troisième but de la saison. Ce but a été marqué sur le jeu de puissance. Le Rocket n’a d’ailleurs pas mis de temps à profiter de l’avantage numérique, trouvant le fond du filet seulement six seconde après le début de la supériorité numérique.

Après trois premiers matchs plus difficiles avec le Rocket, Ryan Poehling commence à faire sa marque. Vendredi, l’attaquant de 20 ans a d’ailleurs récolté la troisième étoile du match.