Otto Leskinen est un projet à long terme intrigant sur la ligne bleue du Rocket

Rocket
Embed from Getty Images

Le gros buzz autour du Rocket de Laval est évidemment devant le filet où Cayden Primeau a été rappelé en compagnie de Matthew Peca en début de soirée lundi, ce qui a causé l’arrivée de Keith Kinkaid à Laval. Par contre, la plus grosse nouvelle pour les succès à court terme du Rocket n’est pas nécessairement ce rappel, aussi excitant soit-il pour les partisans du Canadien.

C’est plutôt le fait qu’Alex Belzile sera en mesure d’effectuer un retour au jeu contre les Monsters de Cleveland mercredi soir. Le troisième meilleur pointeur de Laval s’est blessé le 20 novembre. Bien qu’il portait un chandail de non-contact aux pratiques de lundi et mardi, Xavier Ouellet dit se sentir à 100% et il sera aussi de retour mercredi soir.

C’est une excellente nouvelle pour le Rocket puisque le capitaine Xavier Ouellet était le général de cette ligne bleue. Gustav Olofsson avait bien pris le relais peu après son absence, qui date du 13 novembre, mais il avait été rappelé lui aussi. Avec son renvoi, le Rocket retrouve les deux piliers de sa défense depuis le début de la saison.

Même s’il a manqué les huit derniers matchs de l’équipe, Ouellet vient encore au troisième rang de l’équipe en termes de tirs au but cette saison avec 53 et à l’exception d’Olofsson, le défenseur plus près du capitaine dans cette colonne est Otto Leskinen (33).

Le défenseur finlandais de 22 ans qui en est à sa première année en Amérique du Nord est celui qui a hérité des responsabilités sur l’avantage numérique en l’absence de Ouellet et Olofsson. Il s’est bien débrouillé, récoltant quatre points en cinq matchs.

« C’est un très bon joueur, très intelligent avec la rondelle » a résumé Xavier Ouellet en parlant d’Otto Leskinen. « Il a des opportunités d’avoir encore plus de temps de glace et plus de responsabilités. Il fait une bonne job. Ce n’est pas toujours facile d’avoir ces rôles-là la première année. Il réagit bien. »

Cette séquence fait en sorte que Leskinen a maintenant 12 points en 24 matchs. Comme il a joué plus de 100 matchs dans la SM-Liiga avant de s’en venir avec le Rocket de Laval, il n’a pas le statut de recrue. Ceci étant dit, s’il l’était, ses 12 points lui donneraient une égalité au quatrième rang de la AHL chez les défenseurs recrues. Il serait tout juste devant Moritz Seider, qui a été le sixième choix du dernier repêchage par les Red Wings. Leskinen accuse aussi un retard d’un maigre point sur Evan Bouchard, le 10e choix du repêchage de 2018.

Il n’est pas dans cette colonne, mais on peut quand même le comparer à ces joueurs-là puisque c’est sa première année de ce côté de l’Atlantique. C’est donc dire que comme ces recrues, il doit lui aussi apprendre à connaître le jeu de la AHL. Ça met en perspective son total de points, qui ne semble pas impressionnant au départ, mais qui est égalé ou battu par très peu de joueurs dans une situation similaire. À 22 ans, ce n’est pas comme s’il avait un avantage énorme de ce côté non plus.

Après la pratique de mardi matin, il a admis que ces responsabilités accrues l’ont aidé avec son adaptation. « Ça aide d’avoir plus de temps de glace » a confié Leskinen. « Tu deviens plus confortable avec la plus petite patinoire et le jeu différent de celui en Europe. Ça s’améliore constamment. »

Cette adaptation, qui se fait tranquillement, ne se fait pas seulement remarquer dans la colonne des points. Après avoir été limité à neuf tirs dans ses 11 premiers matchs à Laval, Otto Leskinen en a récolté 24 à ses 13 derniers. Ça s’est amplifié dans les cinq derniers matchs alors que ses responsabilités ont augmenté avec trois matchs d’au moins trois tirs.

Ce sont des signes encourageants pour le Finlandais, qui s’exprime de plus en plus offensivement même c’est rare pour les défenseurs qui en sont à leur première année dans le hockey professionnel nord-américain. Par contre, ça ne veut pas dire qu’il sera prêt pour le Canadien demain.

Avec le besoin de défenseurs gauchers à Montréal, le nom d’Otto Leskinen a commencé à circuler sur les réseaux sociaux comme possible rappel à la suite du renvoi de Gustav Olofsson à Laval. Avant même ces premières spéculations, Joël Bouchard a mis un frein à cette possibilité.

« C’est du bon mileage parce qu’éventuellement, notre but, c’est qu’ils deviennent des joueurs de la Ligue Nationale. C’est positif qu’Otto ait plus de responsabilités, que Brook ait plus de responsabilités. Comme coach, il faut que je le sache. Ça va venir avec des ratés. Je ne peux pas leur demander s’ils ne le savent pas ou ce qu’ils n’ont jamais vécu. C’est la différence entre la Ligue Américaine et la Ligue Nationale. La Ligue Nationale, c’est une ligue de performance, il n’y a pas d’essais à faire là, on n’essaie pas longtemps. Nous autres, il faut non seulement essayer, il faut guider. Il faut donner du mileage à des joueurs dans des situations où on le sait qu’ils vont avoir de la difficulté, mais éventuellement, on le voit cette année avec Lukas Vejdemo, Jake Evans, Alexandre Alain. On voit des gars qui ont progressé à travers des ratés l’an passé et des périodes plus creuses. La constance est plus là et leur impact dans le match est plus important. »
-Joël Bouchard

C’est donc dire que même s’il est gaucher et qu’il est seulement devancé par deux joueurs du Rocket dans la colonne des points (Lukas Vejdemo et Riley Barber), Otto Leskinen n’est probablement pas la solution à court terme pour la défense du Canadien.

« Pour nous autres, Otto, il a encore des bons moments » a souligné Joël Bouchard mardi matin. « On lui en demande beaucoup. Je trouve qu’il s’adapte bien. Est-ce que c’est parfait? Non, mais dans la vie, on ne sait pas ce qu’on ne sait pas. Il faut qu’il le vivre pour une première fois et c’est la même chose pour Brook et Poehling. »

C’est certainement une bonne chose pour Leskinen d’être inclus dans le même groupe que Josh Brook et Ryan Poehling, qui étaient les jeunes têtes d’affiche du Rocket en début de saison en compagnie de Cayden Primeau. Le défenseur finlandais de 22 ans a vraiment démontré des signes encourageants lorsque les responsabilités ont augmenté. Il a encore besoin de temps, mais ça nous montre qu’il y a des belles possibilités avec ce joueur-là et quand on parle d’un agent libre européen signé à un contrat de deux ans, c’est tout ce qu’on peut demander.

En attendant, même s’il n’est pas le plus connu chez les espoirs du Canadien, ses atouts offensifs vont certainement attirer le regard des partisans qui vont se déplacer à la Place Bell. Ce sont ces atouts offensifs qui lui permettront peut-être un jour de venir s’immiscer dans les plans du Canadien à la défense. Il ne faut toutefois pas s’emballer et s’attendre à le voir remplir ce rôle dès cette année au Centre Bell parce qu’il a encore besoin de temps pour s’adapter.

AJOUT : Le Canadien a finalement rappelé Otto Leskinen mercredi soir.