L’éthique de travail d’Alex Belzile lui permet d’être toujours prêt

Rocket
Embed from Getty Images

Le Canadien est en train de vivre l’un de ses camps d’entraînement les plus excitants des dernières années et avec le vent de jeunesse qui pousse à Montréal, certains vétérans écopent. Il n’est peut-être pas le premier nom qui vient en tête lorsqu’on pense à ces jeunes qui poussent (et il n’est certainement pas le plus jeune), mais Alex Belzile fait partie des attaquants qui ne sont pas bien loin de Montréal et qui ont forcé la direction à bien penser à leurs décisions.

Après un bon camp d’entraînement, Belzile pourrait très bien être l’un des premiers joueurs rappelés par le grand club en cas de blessure. Il aiderait certainement ses chances en continuant sur sa lancée de la saison dernière alors qu’il avait été le meilleur pointeur du Rocket avec 54 en 74 matchs même s’il n’était pas certain de faire le club en début de saison.

Après tout, plus tôt cette semaine, Joël Bouchard a rappelé qu’il cognait à la porte et après son fort match à Bathurst contre les Panthers, Claude Julien avait salué cet éthique de travail. Le principal intéressé ne laisse toutefois pas ces bons commentaires lui enfler la tête puisqu’il sait qu’il a encore du travail à faire.

« C’est sûr que c’est très positif et dans un sens, c’est flatteur, mais je ne suis pas encore rendu où est-ce que je voulais. » a rappelé Alex Belzile après la pratique du Rocket jeudi. « C’est un pas dans la bonne direction. J’y vais étape par étape. Je n’ai jamais été le gars qui a voulu sauter des étapes. Je me dis que tout se mérite dans la vie. On fait de bonnes choses et les résultats vont arriver. »

Cet éthique de travail revient toujours lorsqu’on parle d’Alex Belzile et c’est normal lorsqu’on parle d’un gars qui était dans la ECHL pas plus tard qu’en 2017. Sans cet éthique de travail, il ne serait jamais où il est présentement.

Lorsqu’on lui parle, on se rend toutefois compte que sa volonté de travailler a été développé pratiquement par nécessité. C’est un jeune qui mangeait du hockey et qui voulait faire tout ce qu’il fallait pour y arriver. Il s’est vite rendu compte que s’il prenait une soirée de congé, ça pourrait être le soir que quelqu’un était venu le voir pour lui donner sa chance et qu’une simple soirée à 70% d’effort pourrait lui coûter sa chance. C’est d’ailleurs le message qu’il véhicule aux jeunes espoirs du Canadien qu’il côtoie sur une base quotidienne avec le Rocket.

« Je leur dirais de travailler fort et que tu ne sais jamais quand la chance va arriver, d’être prêt quand ça arrive. » a déclaré Belzile lorsque questionné sur son message pour ses jeunes coéquipiers. « Quand tu as des bonnes habitudes de travail tout le temps, quand ça arrive, tu es prêt. »

Bien évidemment, Alex Belzile s’assure lui-même de toujours être prêt au cas où il aurait une chance de finalement vivre son rêve. Par contre, la pression qui vient avec l’attention supplémentaire suivant sa bonne prestation au camp ne semble pas trop le déranger.

« Les choses associées à la pression, peut-être que je suis naïf là-dedans, mais je n’y crois pas. Je me dis que si je fais mes affaires comme je fais normalement, que je suis positif et que je mets la pédale au tapis, je ne vois pas pourquoi il n’y aurait pas des bonnes choses qui vont arriver. Je pense que si tu travailles fort, il y a des bonnes choses qui arrivent, c’est aussi simple que ça.
– Alex Belzile

Bref, Alex Belzile n’était probablement pas le nom que tout le monde avait en tête en pensant au Rocket et à sa capacité de développer des joueurs pour le Canadien, mais sa ténacité et sa capacité de saisir l’occasion lorsqu’elle se présente ont changé la donne. Il risque maintenant d’être l’un des joueurs les plus surveillés par les partisans du Rocket lors des matchs locaux et s’il continue ainsi, cette attention pourrait le suivre de la Place Bell au Centre Bell.