L’éclosion offensive de Jake Evans vient au moment parfait pour le Rocket

Rocket
Embed from Getty Images

Ce soir, Charles Hudon jouera son premier match dans la AHL depuis le 15 novembre. Pour ce retour avec le Rocket, Hudon jouera avec Ryan Poehling et Jake Evans sur le premier trio de l’équipe. La performance de cette ligne au cours du week-end a notamment permis à Riley Barber de se faire rappeler avec le grand club et ainsi prendre la place de Hudon.

Ce retour vient aussi souligner la bonne performance de Jake Evans au cours des dernières semaines. Il faut se rappeler que le 16 novembre, lorsque Hudon a été rappelé par le Canadien, ça avait permis à Evans d’éviter d’être retiré de l’alignement. Il avait même patiné intensément pendant une heure le matin du match contre les Sound Tigers de Bridgeport.

Il faut se rappeler qu’à ce moment-là, le #10 du Rocket n’avait que quatre points en 17 parties et il était l’attaquant de la AHL avec le plus de tirs sans but. Comme l’a noté son entraîneur-chef, Joël Bouchard, lundi matin, ce manque de production a fini par l’atteindre et affecter le reste de son jeu.

« Jake a eu un super bon camp d’entraînement, un bon début de saison. » a rappelé Joël Bouchard. « Ça n’a juste pas entré. Dans la vraie vie c’est juste ça qui est arrivé. Il jouait très bien les 10 premiers matchs. Après ça, ça l’a affecté un petit peu parce que quand tu as beaucoup de chances de marquer, que tu amènes de l’offensive, mais que ça ne parait pas dans tes statistiques, je pense que comme tout le monde, ça l’affecté un petit peu. »

Lors de ce match du 16 novembre, le coach voulait donc donner une pause à Jake Evans pour lui permettre de voir le match d’en haut en espérant que la nouvelle perspective allait l’aider, un peu comme ça a été le cas pour Peca et Barber.

Par contre, il n’a pas pu le faire parce que Charles Hudon s’est fait rappeler. Ça a libéré une place pour Evans, qui en a profité pour marquer son premier de l’année dans un filet désert pendant ce match-là. La réaction de Joël Bouchard, que l’on voit bien dans l’épisode d’Au cœur du Rocket qui est sorti hier, montrait à quel point il était fier et content pour son joueur.

Normalement, un but dans un filet désert ne devrait pas changer grand chose, mais c’est tout ce qu’il fallait à Evans pour lui enlever toute cette pression et retrouver son jeu habituel.

« Je pense que je jouais bien en début de saison » a commenté Evans. « J’ai commencé à être frustré et ça allait moins bien. Je ne jouais plus bien. Une fois que j’ai marqué ce but-là et que le poids s’est enlevé de mes épaules. J’ai commencé à avoir plus de fun avec le sport. »

Ce n’est pas juste le fun qui est revenu, mais aussi la production sur la feuille de pointage, lui qui est sur une séquence de 12 points en 10 matchs depuis le rappel de Charles Hudon avec le Canadien.

Ça s’est culminé avec cinq points (deux buts, trois passes) en deux matchs au cours du week-end contre Springfield et Syracuse. Il faut dire qu’avec l’absence de plusieurs attaquants (Hudon, Peca, Varone et Belzile), Bouchard avait réuni ses meilleurs éléments sur le premier trio et les trois joueurs ont bien réagi. Si la pression du manque de production en début de saison a fini par l’atteindre, celle d’être sur le premier trio d’une équipe qui compte sur celui-ci pour marquer ne semble pas trop déranger Evans.

« Je ne pense pas que cette pression m’affecte » a expliqué Jake Evans. « Je pense que l’an passé, c’était une situation similaire avec beaucoup de rappels et de blessures. J’aime ce rôle. J’aime être un joueur sur qui on compte. »

Si la situation est similaire à l’an passé, Joël Bouchard voit quelques améliorations dans son nouveau centre numéro 1.

« Je ne le lâche pas. » a admis Bouchard. « Je trouve qu’il a vraiment pris une coche côté patin et ça parait. Je trouve que lui et Alain, on leur a dit de faire ça dans leurs devoirs cet été, d’aller se chercher une autre vitesse et les deux, je trouve que ça parait dans les matchs, dans les back to back, dans les courses à la rondelle. » « Son lancer est meilleur. Sa prise de décisions sur où lancer est meilleure. »

Bref, un lent début de saison et un peu de malchance ont retardé son éclosion offensive, mais en se retrouvant au centre de Poehling et Hudon, avec qui il avait commencé la saison, Jake Evans s’est replacé où il était dans l’échiquier en début de campagne. Il doit maintenant continuer sur cette lancée pour donner une chance au Rocket dans la course aux séries, mais aussi pour solidifier sa place parmi les prochains attaquants rappelés par le Canadien.

L’épisode 2 d’Au cœur du Rocket

Les deux buts de Jake Evans en fin de semaine