Laurent Dauphin est en train d’éclore à Laval

Rocket
Embed from Getty Images

Maintenant que la date limite est passée et que Marc Bergevin a fait son bilan, plusieurs amateurs du Tricolore sont restés sur leur faim. Il faut dire que le DG du Canadien a été un vendeur plutôt mineur en venant des gars qui n’allaient pas être de retour (ou qui vont signer comme agents libres) pour des choix plus lointains.

On ne peut pas dire que le DG du Canadien a volé la vedette et à part le rappel de Jake Evans, les fans du Tricolore n’ont pas vraiment de nouveau joueur à suivre de près pour endurer une fin de saison qui pourrait être pénible.

C’est évidemment différent pour ceux qui suivent le Rocket pendant leur course aux séries. En plus de ces matchs importants, les fans peuvent suivre le développement des Kotkaniemi, Poehling, Brook et Primeau en plus des ajouts de Blandisi (blessé pour quelques semaines), Luchuk, Lucchini et Woods.

D’ailleurs, depuis son arrivée à Laval, Jesperi Kotkaniemi fait bien avec un +/- de chances de marquer à 5 contre 5 de +11. Seul Charles Hudon (+16) fait mieux depuis l’arrivée de KK et tout juste derrière le #45 du Rocket, on retrouve le #25, Laurent Dauphin (+10).

Dauphin avait été acquis en retour de Michael McCarron au début du mois de janvier et si on regarde sa production avec Laval (7 points en 19 matchs), on a le droit d’être déçu. Par contre, ce n’est pas toute l’histoire.

« Ça a été en dent de scie les premiers matchs, l’adaption » a admis Joël Bouchard en parlant de Laurent Dauphin après le match de samedi. « Je suis très demandant sur les détails. C’est un gars qui a beaucoup d’atouts que je ne peux pas enseigner et il y a des choses que je peux travailler avec lui. Je ne le lâche pas et il répond extrêmement bien. »

Le principal intéressé semble en accord avec son entraîneur, mais surtout répond bien au style de Bouchard. Lorsqu’on lui a demandé d’évaluer son jeu récemment, il a simplement répondu « je pense que ça va bien honnêtement, je joue comme Joël veut. Je continue à faire mes affaires et travailler fort. »

Ce bon jeu s’est finalement transposé sur la feuille de pointage vendredi soir alors que Laurent Dauphin a récolté un but et une passe dans une victoire de 4-1 contre le Moose de Manitoba.

Son but était le but gagnant et après ce match, personne n’était plus content pour lui que son entraîneur Joël Bouchard.

« Je suis content que tu m’en parles. Je trouve que ce gars-là progresse tellement depuis trois semaines. On le voit dans son engagement et la façon dont il se comporte sur la glace. Il a manqué tellement de chances de marquer dans les derniers matchs et il n’abandonne pas. Je suis tellement fier de lui. À travers l’adversité, je trouve qu’il se forge un caractère, une dimension que je ne voyais pas dans son jeu. Il est rendu hargneux comme je ne l’ai jamais vu, même dans le junior. Je suis content qu’il ait été récompensé. »

Joël Bouchard à propos de Laurent Dauphin vendredi soir

Ce commentaire est très intéressant de la part de Joël Bouchard parce pendant ces trois semaines où il a noté une progression, le Rocket a vécu un voyage infernal sur la route avec une récolte d’un seul point sur une possibilité de 10.

Par contre, pendant ce voyage, ce n’était pas faux d’avancer que Laurent Dauphin avait parfois l’air du meilleur attaquant du Rocket. C’est juste que la rondelle n’entrait pas contrairement au dernier week-end pendant lequel il a enregistré trois points en deux matchs.

Si le bon jeu continue et que ça débloque offensivement pour lui, ce serait une belle piste de solution pour remplacer une partie de l’offensive qui a quitté vers Montréal avec Jake Evans.

Ironiquement, c’est une situation qu’avait vécu Jake Evans en début de saison avec le Rocket. Avant son premier but de la saison le 16 novembre, il était l’attaquant de la AHL avec le plus de tirs sans but. C’est cette production qui a fait en sorte que quand ça a débloqué, il est devenu un joueur offensif de premier plan dans cette ligue.

Sans dire que Laurent Dauphin est sur une trajectoire identique à celle de Jake Evans, c’est difficile de ne pas faire le lien entre les deux attaquants qui travaillent fort, qui sont constamment poussés par Joël Bouchard et dont le bon jeu a tardé à paraître sur la feuille de pointage.

« C’est évident que c’était un gros but vendredi et encore samedi, il a fait des gros jeux, il a eu des belles chances de marquer » a remarqué Joël Bouchard. « Il a des points qui commencent à s’accumuler. C’est un gars que je connais depuis longtemps. Son sens du hockey et sa façon d’être capable de jouer sur 200 pieds, je les connais. Maintenant, c’est le mordant qu’il ajoute à son jeu. »

Une connexion gagnante pour Laurent Dauphin

C’est pendant ce fameux voyage que Laurent Dauphin s’est retrouvé avec Kevin Lynch et Ryan Poehling, une ligne qui s’est soudainement transformé en deuxième trio avec le départ des Varone, Barber et Peca.

Ce trio peut sembler bizarre au premier coup d’œil parce que ce sont trois centres naturels, mais c’est la beauté de la AHL. Au lieu de se crêper le chignon sur leur position, les trois gars ont mis leurs forces ensemble pour devenir un deuxième trio redoutable qui facilite l’évolution de Ryan Poehling chez les pros.

« C’est super de jouer avec Ryan et Kevin, des gars qui travaillent fort » a confié Laurent Dauphin mardi matin. « J’aime vraiment ça jouer avec eux. Ce sont des gars qui vont chercher la rondelle. Quand tu n’es pas tout seul à travailler, c’est toujours fun. »

Cette notion de travail est extrêmement importante pour Joël Bouchard et c’est certainement ce qui explique le bon lien entre le joueur et l’entraîneur.

C’est aussi ce qui explique le déclic offensif de Laurent Dauphin en fin de semaine tout en pointant vers la possibilité que ça se poursuive pendant le voyage de trois matchs à Belleville, Rochester et Utica cette semaine.

C’est finalement ce qui explique pourquoi Laurent Dauphin pourrait bien jouer quelques matchs à Montréal à la fin de la saison même si sa fiche statistique ne l’indique pas pour le moment.

Si c’est le cas, ce sera une belle histoire de développement pour Dauphin ainsi que Bouchard, mais en attendant, il est un très bel atout pour un Rocket qui lutte pour sa vie dans la course aux séries.