Rien ne va plus pour le Rocket de Laval

Canadiens

Alors que la situation s’est améliorée à Montréal au cours des dernières semaines, c’est tout le contraire qui se produit à Laval.

Le Rocket avait connu un bon début de saison pour sa première année d’existence, avec trois victoires à ses trois premiers matchs. L’équipe jouait au dessus de .600 après 15 matchs. Toutefois, depuis la mi-novembre, ça s’est gâté. Laval a seulement une victoire à ses neuf derniers matchs. Le Rocket s’est encore incliné hier soir: une défaite de 2-1 en prolongation face aux Devils de Binghamton.

Laval est actuellement au 4e rang de sa division et se qualifierait de justesse pour les séries si elles commençaient ce soir. La réalité, c’est que leur participation au grand tournoi printanier est vraiment incertaine.

Ralentissement à l’attaque

Les attaquants du Rocket étaient en feu au début de la saison. Après les dix premiers matchs, le club-école du Canadien avait une moyenne de 3,8 buts par matchs. Cependant, lors des dix plus récentes parties, cette moyenne est de 2,3. La perte de Daniel Carr, qui a été rappelé par le CH à la fin de novembre, est certainement une partie du problème pour Laval. L’attaquant de 26 ans avait 19 points, dont 11 buts en 20 parties avec le Rocket. Il en a inscrit cinq en trois matchs avec le Canadien, donc il se pourrait bien que Laval doive se passer de ses services un peu plus longtemps. Avec l’absence de Carr, et l’échange de Peter Holland contre Adam Cracknell, il reste le vétéran Chris Terry qui se débrouille bien à l’attaque. Le joueur de 28 ans a 22 points en 22 matchs.

Une défensive démunie

Tout le monde le sait: le Canadien n’a pas une grande relève à la ligne bleue. Ça se ressent dans les performances du Rocket. En effet, Laval est l’équipe qui a accordé le plus de buts (89) dans toute la AHL. Pour vous donner une idée, en seulement 2 matchs de moins, les Marlies de Toronto en ont accordé 44.

À 30 ans, Matt Taormina mène l’équipe pour le nombre de points, toutes positions confondues, avec un total de 23 en 25 matchs. Jakub Jerabek se débrouillait bien avant son rappel (16 points en 17 parties), mais le reste des défenseurs du Rocket en arrachent. Brett Lernout connaît une saison horrible jusqu’à présent. En 25 matchs, il a un différentiel de -9 et n’a que trois points à sa fiche. Éric Gélinas ne fait guère mieux avec un total de 4 points en 18 parties, combiné à un différentiel de -9. Noah Juulsen vient de revenir d’une blessure à un pied qui l’a tenu écarté du jeu depuis le début de la saison. Le choix de première ronde du Canadien en 2015 n’a inscrit aucun point en quatre rencontres. Son différentiel est à 0.

 

Aucun héros devant le filet

Pour pallier à une défensive poreuse, ça prendrait un mini-Carey Price qui sauve les fesses de ses coéquipiers régulièrement. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Charlie Lindgren n’a pu faire mieux que trois victoires en 13 matchs. Son pourcentage d’efficacité de 89,7% et sa moyenne de 3,10 buts alloués ne fait envier aucun gardien. Les deux autres joueurs qui ont défendu la cage du Rocket ont fait encore pire. Zachary Fucale et Michael McNiven ont tous deux un pourcentage d’efficacité d’environ 88% et une moyenne de plus de 3,5 buts concédés par match.