Petr Mrazek attire de l’intérêt sur le marché des échanges

Rumeurs
Embed from Getty Images

Petr Mrazek a déjà été un nom populaire dans le cercle des gardiens, mais après une année décevante devant le filet, les Red Wings ne l’ont pas protégé au repêchage d’expansion et les Golden Knights ont préféré ne pas le choisir. Ça ne s’est pas amélioré cette année alors qu’il écoule la dernière saison de contrat. Le gardien de 25 ans a un % d’arrêts de 88,8% en 10 matchs cette année.

Pourtant, selon Craig Custance de l’Athlétique, il attire de l’intérêt sur le marché des échanges parce que les options disponibles sont très peu nombreuses pour les équipes qui ont vu leur cerbère tomber au combat. C’est le cas même s’il n’a pas la meilleure réputation dans le vestiaire, qu’il en arrache depuis un an et demi et qu’il ne sera pas qualifié à la fin de son contrat cette année. Il sera donc un agent libre sans restriction parce que 4 M$ est rendu un salaire annuel trop élevé pour lui.

Bref, on est rendu à un point où Petr Mrazek est un pari à court terme dont il faudra se soucier à la fin de la saison s’il fonctionne et qui disparaîtra des finances le 1er juillet 2018 si ce n’est pas le cas. Ça veut dire qu’il ne faudra pas payer la totale pour faire son acquisition. En fait, selon une source de Craig Custance, on parle probablement d’un choix de troisième ronde si les Wings retiennent une partie de son salaire qui pourrait en devenir un de deuxième s’ils retiennent le maximum alloué, 50%.

D’ailleurs, il n’est pas le seul joueur décevant qui pourrait bouger. Également dans l’Athlétique, Pierre Lebrun a écrit que les Flyers seraient ouverts à bouger Jori Lehtera si une équipe était intéressée. Ils l’ont acquis des Blues pour leur faire de la place sous le plafond salarial dans l’échange de Brayden Schenn, mais il n’a que deux mentions d’aide en 17 parties depuis son arrivée. Avec une autre année à 4,7 M$ après celle-là, c’est un atout toxique, particulièrement avec l’accélération continuelle de la LNH alors qu’il compte pratiquement sur des patins de ciment. Ils seraient prêts à retenir une partie de son salaire dans une transaction, mais c’est un pari un peu plus coûteux à prendre pour l’équipe qui fera son acquisition.