Une tendance révélatrice ressort quand on regarde l’historique des Capitals et du Lightning dans un match #7

Embed from Getty Images

Il n’y a rien de mieux qu’un septième match dans les séries de la LNH. C’est pour ça qu’il faut les savourer alors qu’on en a seulement eu trois pour la deuxième année consécutive. Au moins, on pourrait en avoir un quatrième en finale de la Coupe Stanley, ce qui serait assez incroyable parce que ce n’est pas arrivé en finale depuis 2011 (Canucks vs Bruins).

Avant de penser à ça, il faut toutefois se pencher sur celui entre le Lightning et les Capitals ce soir. Lorsqu’on regarde le passé de ces deux équipes lors des matchs ultimes, il y a une tendance qui ressort assez clairement. Ce n’est pas surprenant parce que c’est le cas avec la grande majorité des matchs #7, mais c’est encore plus évident quand le Lightning et les Capitals sont impliqués.

Depuis l’arrivée d’Ovechkin en 2005, les Capitals ont disputé 10 matchs #7. Seulement l’un d’entre eux a vu six buts ou plus (défaite de 6-2 contre Pittsburgh en 2009) et sept des dix n’ont pas eu plus que 3 buts. Dans le cas du Lightning, aucun match #7 dans leur histoire n’a vu plus que trois buts. Ils en ont disputé sept au total et ça en inclut trois sous Jon Cooper, qui a une fiche de 2-1 dans ces parties.

Bref, il n’y a pas beaucoup de buts qui se marquent dans un match #7 et c’est encore pire lorsque ces deux équipes sont sur la glace. C’est pour ça que je vais encore prendre ma chance avec l’under sur Mise-O-Jeu puisque comme on l’a vu dans le match #6, malgré le talent offensif sur la glace, le jeu se resserre quand l’enjeu est important et ça laisse place à moins de buts.

C’est difficile d’avoir un enjeu plus important que celui du match de ce soir. À cause du contrat de Kucherov, le Lightning n’a qu’une autre chance de gagner avec ce noyau après cette année tandis que les Capitals doivent profiter de leur victoire contre leur bête noire, d’autant plus que le #8 ne rajeunit pas et qu’on ne sait pas combien de chances ils vont avoir de se rendre jusque-là.

Dans un contexte comme celui-là, les gars vont vouloir frapper pour se mettre dans le match, mais les arbitres ne voudront pas décider l’issue, ce qui veut dire un faible nombre de punitions. Avec les deux avantages numériques en place, c’est un facteur clé pour le nombre de buts marqués. Lorsqu’on ajoute ça au jeu serré que les coachs demanderont et aux joueurs qui voudront éviter les erreurs à tout prix, je m’attends à un bas pointage entre ces deux équipes encore une fois ce soir.

Mon pari sur le match #7