Quatre stratégies pour gagner le pool Mise-O-Jeu

Embed from Getty Images

Pour une troisième saison consécutive, Mise-O-Jeu revient avec son pool annuel qui comprend un premier lot partageable d’un minimum de 125 000$. C’est donc dire qu’ils ont récompensé deux grands connaisseurs avec ce prix de 125 000$ et si jamais ils atteignent 20 000 participants cette saison, ce prix pourrait être encore plus gros. Ça vaut donc la peine de prendre une chance à 25$ et si tu en prends plus qu’une tu peux même avoir des crédits pour parier.

Par contre, ce n,est pas suffisant de participer au pool. Il faut aussi trouver le moyen de le gagner. Pour ce faire, j’ai sorti quatre stratégies que j’ai utilisées pour bâtir ma formation. J’espère sincèrement que ça va te donner les bases pour bâtir l’équipe gagnante (ou deuxième derrière la mienne).

Connor McDavid

On commence avec le choix le plus évident du pool. Il s’agit de Connor McDavid, qui est le joueur le plus populaire et ce n’est pas particulièrement serré. 84% des pools inscrits jusqu’à maintenant ont opté pour le capitaine des Oilers. Ça pourrait faire en sorte que tu hésites à prendre le #97, mais à mes yeux, le chiffre important est 16% puisque tout ceux qui n’ont pas pris McJesus partent en retard et le seul événement qui pourrait justifier cette absence de sélection est une blessure. Encore là, tu as droit à 10 échanges, donc tu pourrais t’adapter si ça arrive et avec 10 points, tu auras les moyens de le remplacer comme il faut.

Depuis la création du Pool Mise-O-Jeu, Connor McDavid a amassé 208 points. C’est le seul joueur de la LNH qui s’est rendu à 200 points pendant cette période de temps et il a une avance de 23 sur son plus proche poursuivant, Nikita Kucherov. Crosby est le seul autre à avoir obtenu plus de 170 points pendant cette séquence, donc McDavid est vraiment dans une classe à part. En plus, il ne fait que s’améliorer et après manqué les séries l’an passé, il voudra encore mieux faire et c’est franchement effrayant pour le reste de la ligue (ainsi que ceux qui ont choisi de ne pas le prendre dans leur pool Mise-O-Jeu).

Prends la popularité en compte

Ceci étant dit, lorsqu’on ne parle plus de Connor McDavid, tu dois prendre la popularité en compte. Ça ne veut pas dire que tu dois éviter les joueurs populaires, mais tu dois te rappeler qu’il faut que tu battes tous les autres amateurs, donc tu ne peux pas bâtir ton club de joueurs populaires. Par exemple, parmi le top 25 des joueurs les plus populaires du pool Mise-O-Jeu, j’en ai seulement cinq dans ma formation (McDavid, Karlsson, Boeser, Dahlin et Gostisbehere). Tu peux donc piger dans les plus populaires, mais tu dois faire des choix.

J’aime bien Nathan MacKinnon, mais je ne m’attends pas tout à fait à la même saison que l’an passé de sa part, donc je vais laisser plus de la moitié des poolers le prendre. C’est la même chose pour John Tavares, qui a été choisi par 44% des poolers. La première année dans un nouveau marché est toujours un peu difficile et on a tendance à oublier que les Islanders étaient une force offensive l’an passé, ce qui fait en sorte que je n’achète pas la théorie d’une explosion offensive dans son cas.

Honnêtement, la popularité de Dahlin (26%) m’a fait douter de ce choix parce que c’est beaucoup pour un gars qui n’a encore rien fait dans la LNH, mais je crois que les Sabres sont prêts à prendre un pas en avant. En plus, Dahlin est un talent spécial et il aura toutes les occasions de le prouver. Il vaut ses six points même si je ne suis pas le seul à le croire.

Ne descends pas en bas de 6

Cette ligne de six points est importante à mes yeux parce que le pool Mise-O-Jeu te donne 120 points pour bâtir un alignement de 16 joueurs. C’est donc une moyenne de 7,5 points par joueur. À ce rythme-là, ça ne sert à rien de descendre trop bas. J’appelle ça la règle Sebastian Aho. Lors de la première année du pool, il était ma carte cachée à 4 ou 5 points et il a connu une bonne saison avec 49 points, mais ce n’était pas suffisant pour suivre des gars de 6, 7, 8 ou 9 points.

J’ai donc appris que ça ne servait à rien de descendre plus bas même si c’est parfois tentant de choisir un gars plus bas (on salue Yanni Gourde au passage). À moins qu’il fasse 60-70 points, ça ne vaut pas la peine parce que c’est le nombre de points qu’à peu près tous les gars plus hauts vont chercher. Tu es donc mieux de bâtir ton alignement autour de joueurs qui ont une valeur entre 6 et 9 que d’essayer de trouver des joueurs obscurs qui vont surprendre. D’ailleurs, à six points, tu peux encore prendre plusieurs bons joueurs. Dans mon club, j’ai Dubois, Boeser, Arvidsson et Dahlin.

Trouves tes cartes cachées

De toute façon, tu n’as pas besoin de descendre plus bas pour trouver des cartes cachées. À mes yeux, un joueur qui est en bas de 5% est une carte cachée dans ce pool et cinq de mes 16 joueurs sont en-dessous de ce seuil (O’Reilly, Dubois, Arvidsson, Letang et Raanta). Ce sont tous des joueurs qui devraient être plus populaires selon moi, ce qui fait en sorte que j’en profite et s’ils explosent tous, je me place très bien pour le gros lot. Si ce n’est pas le cas, j’utiliserai l’un de mes 10 échanges pour corriger le tir.

Dans le cas de Ryan O’Reilly, il pourrait suivre le parcours de Brayden Schenn en explosant lors de son arrivée avec les Blues. Il faut dire qu’il y aura moins de responsabilités défensives, ce qui l’aidera à remplir le filet adverse. C’est sans parler du fait que Tarasenko risque de l’apporter vers de nouveaux sommets offensifs.

J’ai été surpris de voir Pierre-Luc Dubois dans ce groupe étant donné son prix et le fait qu’il soit Québécois. Il va s’accrocher à Artemi Panarin pendant une saison contractuelle et ça risque de faire des flammèches sur la feuille de pointage. Avec un prix de six, il semble être une aubaine pour moi. Arvidsson est peut-être moins excitant, mais comme une horloge, il va aller me chercher 60-70 points et si jamais l’attaque de Nashville continue de s’améliorer, ça pourrait même devenir encore plus.

Pour ce qui est de Kris Letang, il arrive au camp en forme alors que ce n’était vraiment le cas l’an passé et c’est suffisant pour me convaincre. En plus, les Penguins vont avoir le couteau entre les dents après avoir vu les Capitals remporter la Coupe Stanley et on peut s’attendre à une grosse campagne de leur part. Malkin et Crosby sont un peu trop coûteux pour moi, mais à 8 points, c’est une autre histoire pour Letang.

Je finis avec mon choix le plus surprenant, mais comme tu vas le voir la semaine prochaine, je suis assez optimiste par rapport aux Coyotes et ma sélection de Raanta (ainsi que Keller) va en ce sens. Lorsque le gardien était devant la cage de l’Arizona l’an passé, c’était un club dangereux et je compte bien profiter de la mauvaise réputation des Coyotes pour le subtiliser à tout le monde. À 1% de popularité, c’est ma vraie carte cachée et il pourrait bien faire la différence dans mon pool.

C’est une grosse chance parce que les Coyotes doivent prouver qu’ils peuvent prendre ce pas en avant, mais c’est pour ça qu’il est aussi peu populaire, donc c’est ce qu’il faut faire pour se séparer. Dans une division Pacifique un peu bizarre, je fais confiance aux Coyotes pour s’insérer dans la discussion aux séries et si Raanta démontre le potentiel que je crois qu’il a, il pourrait lui aussi se glisser dans la course pour le Vezina. Si c’est le cas, il va être une aubaine à sept points.

Ci-dessous, tu retrouveras mon équipe. Si jamais tu as des commentaires sur cette formation ou des questions, surveille notre compte Instagram parce que je vais parler de cette équipe avec JT en début de soirée mercredi et on va essayer de répondre à quelques questions pendant ce temps-là.

Notre équipe pour le pool Mise-O-Jeu

Tags: