Notre pari sur la finale de la Coupe Stanley

Depuis le début des séries, il n’y a pas eu un affrontement aussi difficile à prédire que celui de la finale de la Coupe Stanley. Le meilleur modèle statistique pour le tournoi printanier de 2016 estime que les chances des Sharks sont de 50,3% alors que celles des Penguins sont de 49,7%. C’est difficile d’être plus serré que ça!

C’est particulièrement difficile pour moi puisque j’ai parié sur ces deux équipes lors de leurs 3 premières séries, donc je n’ai pas été habitué à analyser les faiblesses qui pourraient leur coûter une série.

Du côté des Sharks, la plus grosse faiblesse est le fait que leur top 6 n’est pas un top 9 comme c’est le cas de Pittsburgh. Par contre, les Penguins devront défendre les Sharks sans Trevor Daley et avec Matt Murray, qui semble avoir ralenti au cours des derniers matchs.

Au niveau des lignes bleues, les situations sont très semblables. Ils ont un excellent défenseur québécois au sommet (Vlasic et Letang) et les autres sont pas mal moins fiables défensivement. Pittsburgh n’a pas de Brent Burns, ce qui est quand même notoire, mais je ne sais pas s’il est suffisant pour combler la différence entre les 3es trios.

Lorsqu’on regarde les forces, il y en a des tonnes. Les Sharks excellent pour attirer des punitions et leur avantage numérique est tout simplement magnifique, mais le désavantage numérique des Penguins a été dans le top 5 de la ligue en saison régulière et en séries. En plus, ils ont la vitesse nécessaire pour mettre de la pression sur les joueurs de San Jose et créer des opportunités de l’autre côté de la glace.

Les deux formations ont également la chance de compter sur une première ligne qui démolit tout. Les deux Joe avec Hertl ont probablement été le meilleur trio de la LNH en séries et même s’ils n’évoluent pas souvent ensemble, lorsque Sullivan réunit Crosby et Malkin, il n’y a pas grand chose à faire.

Malgré toutes ces ressemblances, je dois choisir un pari parce que finir sur une séquence gagnante sans parier sur la Coupe Stanley, ça ne compte pas vraiment. Voici donc ce que j’ai choisi :
PITSJ

Non, je n’ai pas été capable de choisir entre les deux, mais je me suis quand même placé pour faire un peu d’argent. Je pense que ces deux équipes-là sont très près l’une de l’autre et que ça prendra le nombre de matchs maximal pour faire un gagnant. La beauté de ce pari-là, c’est que tu peux très bien te hedger au 6e match si ce que tu as vu pendant la série t’a fait changer d’avis. Personnellement, je ne pense pas que ça va arriver. On risque de voir l’une des meilleures finales des dernières années et si l’on peut en profiter financièrement, ça va être un beau bonus.

Tags: