Notre pari sur la date limite des échanges dans la NBA

Embed from Getty Images

Souvent, j’aime parier le repêchage de la NBA parce que c’est une bonne pratique pour celui de la LNH. Il est souvent tenu la même semaine et c’est une bonne préparation puisque même si le sport est différent, l’exercice est le même. Il suffit de trouver les bons journalistes pour avoir la meilleure information possible et en profiter sur Mise-O-Jeu.

Cette année, on a le droit à la même chose, mais pour la date limite des échanges. Alors qu’il faut encore attendre 20 jours pour celle de la LNH, le 7 février est la date ultime dans la NBA. C’est donc dire que même s’il y a trois paris disponibles pour celle de la LNH sur Mise-O-Jeu (Panarin, Stonne et Duchene), je vais tout d’abord me concentrer sur celui de la NBA pour répéter et aussi engraisser mon compte sur Mise-O-Jeu.

Avant de plonger dans ce pari, c’est bon de préciser que je me base sur les informations d’Adrian Wojnarowski d’ESPN, qui est un mélange d’Elliotte Friedman et de Bob McKenzie pour cette ligue. Bref, c’est la source en la matière et je lui fais assez confiance pour parier selon ses informations.

Le pari en question concerne Anthony Davis des Pélicans de la Nouvelle-Orléans qui est assurément l’un des 10 meilleurs joueurs de la ligue et qui est dans le top 3 de plusieurs observateurs. Le problème, c’est que les Pélicans sont mauvais depuis son arrivée et il sera agent libre dans un an et demi. Il a donc laissé savoir à l’équipe il y a quelques semaines qu’il n’allait pas prolonger avec eux et qu’ils étaient mieux de l’échanger pour maximiser sa valeur.

Cette sortie lui a coûté 50 000$ parce que tu n’as pas le droit de demander une transaction officiellement même si tout le monde savait déjà qu’il voulait jouer à Los Angeles avec LeBron James. Ce dernier est le joueur préféré de Davis depuis qu’il est tout jeune et l’agent des deux joueurs est le meilleur ami de LeBron.

Bien évidemment, ça place les Lakers dans une situation favorable puisque Davis a laissé savoir qu’ils étaient l’une des quatre équipes où il signerait une prolongation de contrat. Les trois autres sont Milwaukee, New York et les Clippers. Le problème, c’est qu’aucune de ces trois équipes n’a les atouts pour conclure cette transaction, donc Davis a pas mal forcé les Pélicans à transiger avec les Lakers.

La Nouvelle-Orléans n’est toutefois pas certaine de vouloir le faire puisqu’ils savent que LeBron a fait des jeux de coulisses pour leur subtiliser leur joueur de franchise. Les Lakers devront donc payer un premium pour faire son acquisition. Les dernières infos qui sont sorties à ce sujet parlaient de quatre choix de première ronde, quelques bons jeunes joueurs, l’ajout de contrats nuisibles des Pélicans ainsi que des choix de deuxième ronde.

On est loin d’un prix raisonnable et ça peut être expliqué par le fait que les Pélicans ne sont pas obligés de transiger Davis avant la date limite puisque son contrat ne vient qu’à échéance en 2020. En fait, ils ont même avantage à attendre puisque les Celtics de Boston, qui ont les meilleurs atouts pour cette transaction, ne peuvent pas faire l’acquisition de Davis avant le 1er juillet à cause du contrat de Kyrie Irving. Les Pélicans auraient donc avantage à faire l’échange à ce moment-là alors que les Lakers auront encore leurs atouts, que Boston sera dans la course et que les Knicks auront une chance d’avoir gagné le premier choix au repêchage dans la loterie.

Bref, même si Davis essaie de les brusquer pour se retrouver à Los Angeles, les Pélicans ne semblent pas se laisser faire et c’est pour ça que je vais parier sur le fait qu’il n’y aura pas d’échange dans ce dossier au cours des 50 prochaines heures.

Tags: