Nos sept paris sur les séries

Embed from Getty Images

Après avoir couvert les surprises ainsi que les déceptions à prévoir cette année, c’est le temps de se concentrer sur le vrai prix de la saison régulière; une participation aux séries éliminatoires. J’ai trouvé sept cotes offertes par Mise-O-Jeu de ce côté et je me suis forcé à ne pas choisir de favoris, donc si tu aimes les plus grosses cotes, c’est le texte pour toi.

Bon, on ne commence pas avec la plus grosse cote, mais c’est quand même près du double de ta mise initiale. Cette question devrait plutôt te demander si John Gibson est assez bon pour traîner cette équipe en séries et je n’y crois pas même si le gardien est extrêmement solide. Les Ducks commencent la saison avec une unité offensive tout simplement décimée alors qu’on retrouve Perry, Kase, Kesler, Eaves et Roy sur la liste des blessés. Même s’ils ont été chercher un peu de profondeur à l’attaque avec des jeunes joueurs comme Maxime Comtois, ils vont ultimement manquer d’options et ce n’est pas comme si le reste de l’équipe était jeune non plus, donc ces blessures pourraient simplement signifier le début de la fin en Californie.

Pourquoi pas les Coyotes pour prendre leur place? Je suis prêt à concéder que ce n’est pas nécessairement probable, mais il y a certainement plus que 22,22% de chances que ça arrive et c’est ce que cette cote suppose. La vérité, c’est qu’en deuxième moitié de saison l’an passé, ils ont maintenu un rythme de 94 points et que ça en prenait 95 pour faire les séries dans l’Ouest l’an passé. S’ils sont capables de prendre un autre pas en avant, ce qui est possible avec l’évolution continue de Clayton Keller et l’arrivée d’Alex Galchenyuk quand il sortira de la liste des blessés, ils pourraient très bien se glisser en séries et donner du trouble au reste de la division Pacifique.

Tant qu’à y aller avec des équipes qui ont des longues séquences sans séries, aussi briser la plus longue séquence de la LNH. Les Canes n’ont pas accédé aux séries depuis 2009, mais je pense bien que ça va changer cette année. Ils ont les morceaux en place depuis plusieurs années et ils se sont encore améliorés cet été avec l’arrivée de Dougie Hamilton. Tout ce qu’ils ont besoin, c’est quelques arrêts et je peux espérer que Mrazek ou Darling se réveillera pour les faire. Peut-être aussi que Rod Brind’Amour est celui qui parviendra à utiliser le talent de plus en plus impressionnant que l’on retrouve en Caroline. Bref, pour la quatrième année consécutive, je suis optimiste par rapport à cette équipe et je pense qu’ils peuvent prendre finalement le pas en avant qui mène à du hockey en mai.

C’est la plus petite cote de ce texte et je me le suis permis puisque techniquement, cette cote n’est pas l’option favorite de ce pari. Avec la montée des Canes, un club doit descendre et les Devils sont parfaitement désignés pour ce rôle puisqu’ils ont les mêmes problèmes devant le filet, mais avec moins de talent en avant. Taylor Hall est exceptionnel, mais malgré une saison qui lui a valu le Hart, les Devils se sont qualifiés par un petit point en séries. Ça veut dire que si son niveau de jeu diminue juste un peu, New Jersey risque de manquer les séries et c’est dur de traîner un club sur ses épaules deux saisons en ligne.

La vérité, c’est qu’avec les Preds et les Jets, les équipes de la Centrale se battent pour la troisième place et c’est peut-être la seule place en séries qui sera disponible avec l’essor des Coyotes, Oilers et Flames tandis que les Sharks et les Golden Knights ne s’en vont nulle part. Les places commencent donc à manquer et c’est sans parler de l’Avalanche qui voudra surprendre en restant en séries ou des Stars et des Hawks, qui voudront retourner à leurs années de gloire. Bref, le Wild a beaucoup d’équipes à retenir et ils sont dans une situation similaire à celle des Ducks, c’est-à-dire un noyau vieillissant entouré de quelques pièces intéressantes qui risquent de ne pas être suffisantes pour garder l’équipe en séries.

Parlant de noyau vieillissant, les Kings sont toujours aussi lents et même si j’adore Ilya Kovalchuk, je doute qu’il soit la réponse aux problèmes de Los Angeles. Je m’attends à ce qu’il commence fort avant d’être rattrapé par son âge et les rigueurs du calendrier de la LNH. C’est un peu pour la même chose dans le reste de l’alignement. Drew Doughty est certainement excellent, mais à l’exception de Jake Muzzin, il n’y a pas grand chose d’autre sur cette ligne bleue et plus il vieillit, plus c’est difficile pour Doughty de jouer près de 30 minutes par match. En attaque, Kopitar est un peu mieux entouré avec Carter, Brown, Toffoli, Pearson et Kovalchuk, mais encore là, après ces gars-là, c’est difficile de trop s’exciter et pour une équipe vieillissante, le manque de profondeur fait toujours mal quand la course est pleinement enclenchée en deuxième moitié de saison.

Les Panthers sont le choix surprise préféré de plusieurs. Le problème, c’est qu’il n’y a plus de place dans l’Atlantique. Ils ne délogeront pas les Leafs, les Bruins ou le Lightning, ce qui leur laisse seulement les deux dernières places de Wild Card. Encore là, Pittsburgh, Columbus et Washington ont déjà de bonnes options sur les trois premières places dans la Métropolitaine, ce qui laisse les Hurricanes, les Flyers, les Devils et les Islanders. Les Panthers ne peuvent se faire dépasser que par l’une de ces équipes en plus de battre toutes les autres de l’Atlantique pour faire les séries et malgré leur talent dans le haut de l’alignement, je doute qu’ils puissent le faire.

Tags: