Nos paris préférés sur le premier coach renvoyé dans la LNH

Je déteste toujours parler des coachs qui se font renvoyer parce que dans le fond, à chaque fois que ça arrive, on a une base de partisans complète qui célèbre parce qu’un gars vient de perdre une job extrêmement payante. Ils ont des contrats et ils ne sont pas à plaindre financièrement parlant, mais j’ai toujours de la misère à célébrer quand quelqu’un perd sa job.

Ceci étant dit, mercredi après-midi, Mise-O-Jeu a publié des cotes à propos du premier coach qui sera renvoyé dans la LNH cette saison. Certaines de leurs cotes étaient trop tentantes pour ne pas mettre quelques sous en jeu, donc j’ai laissé ce principe de côté temporairement.

Sans plus tarder, voici les cotes de Mise-O-Jeu et par la suite, mes 6 cotes préférées en ordre décroissant :

coachs

Avant de commencer, c’est bon de préciser que la longueur moyenne d’un coach en arrière d’un banc de la LNH est environ de 3 saisons et que tous les coachs ci-dessous ont dépassé cette moyenne.

[oboxads]

Ken Hitchcock (100)

On commence avec la cote qui a le moins de sens à mes yeux. Ken Hitchcock a failli se faire renvoyer cet été. L’équipe compte sur Kirk Muller pour le remplacer en tant qu’entraîneur-chef et Hitchcock n’a qu’un contrat d’un an. En plus, son équipe évolue dans la Centrale, ce qui veut dire que si l’Avalanche bat les faibles Bruins mercredi soir, St-Louis sera à égalité au dernier rang dans la division.

Le coach n’a donc aucune sécurité d’emploi à cause de son contrat et l’équipe n’a aucune marge de manœuvre dans sa division. C’est un mélange explosif même si les Blues ont une bonne équipe. Hitchcock est à une ou deux longues séquences de défaites de se faire renvoyer. Cette séquence est peut-être peu probable à cause du talent incroyable des Blues, mais le hockey est un jeu de chance où quelques petits bonds peuvent faire une grosse différence, donc c’est inquiétant pour le futur de Ken Hitchcock et c’est tentant quand tu peux transformer 10$ en 1000$.

Claude Julien (2,5)

La cote de Julien est pas mal moins excitante que celle du coach des Blues, mais l’entraîneur des Bruins est le favori pour des bonnes raisons. Comme Hitchcock, il a failli perdre sa job cet été et sa sécurité d’emploi est pratiquement inexistante.

Contrairement à Hitchcock, Julien a toutefois la chance d’être dans une division pas mal plus faible où le Lightning, le Canadien et les Wings sont les seules équipes établies dans le haut du classement. Ceci étant dit, les Bruins ont une ligne bleue ridicule et s’ils continuent à aligner les défaites, Claude Julien va être renvoyé. Il est l’entraîneur avec le plus long séjour derrière le banc de son équipe présentement, donc son heure s’en vient.

Todd Richards (7)

Parlant de mauvaise équipe dans l’Est avec un coach sans sécurité d’emploi, Todd Richards mérite une cote pas mal plus basse. Il est l’entraîneur-chef des Jackets depuis 2012 et l’équipe n’a à peu près rien fait depuis son arrivée derrière le banc. En plus, l’organisation a mis le paquet cet été en faisant l’acquisition de Brandon Saad et le DG (qui n’est pas celui qui l’a engagé) a déjà dit que la confiance de l’équipe était faible après 3 défaites consécutives.

C’est sans parler de ses débuts de saisons mauvais derrière le banc (6-15-2 l’an passé, 6-10-3 en 2013-14 et 5-12-4 en 2012-13). Le fait qu’il ait une moins bonne cote que Mike Johnston (qui en est seulement à sa 2e saison à Pittsburgh) et Darryl Sutter (et ses Coupes Stanley) est vraiment bizarre.

Jack Capuano (50)

On rentre dans les plus gros guess, mais avec des cotes de 50, c’est difficile de ne pas mettre quelques $ en jeu. Comme Richards, les rumeurs de congédiement suivent Jack Capuano depuis plusieurs années. Seulement 3 entraîneurs ont plus de longévité derrière le banc de leur équipe (Julien, Quenneville et Tippett) et ils ont tous une meilleure réputation que lui, donc on arrive vers la fin de son parcours.

Depuis son arrivée, les analystes disent qu’il est là pour faire évoluer l’équipe et lorsqu’elle sera prête à passer à un autre niveau, il sera renvoyé. L’organisation est pas mal rendue à cette étape-là, ce qui veut dire que la prochaine séquence de défaites pourrait lui être fatale. Dans la Métropolitaine, ça peut arriver n’importe quand…

Bruce Boudreau (50)

C’est bizarre de parier sur un renvoi de coach pour l’équipe favorite pour la Coupe Stanley. Le fait est que Boudreau en est un autre qui a failli perdre sa job cet été et que son équipe a commencé la saison avec 2 défaites. Les attentes envers cette équipe sont énormes et la direction ne semble pas tripper sur leur coach, ce qui est un mélange inquiétant pour Boudreau, mais qui vaut aussi quelques $.

Dave Tippett (50)

À moins que les Coyotes refusent de le renvoyer pour des raisons financières. Dave Tippett ne sera pas le coach des Coyotes en 2016-17. Ils ont une équipe misérable et ils veulent clairement repêcher Auston Matthews. Si Mike Smith ne ressemblait pas à Hasek depuis le début de la saison, la cote de Tippett serait pas mal plus basse. Ils vont se mettre à perdre à un moment donné dans la saison parce que c’est inévitable avec leur alignement et comme Tippett a déjà coaché 460 matchs pour les Yotes, son renvoi sera l’option logique pour faire plaisir aux fans.

Si tu veux prendre une chance avec une ou plusieurs de ces cotes, tu peux te rendre sur Mise-O-Jeu pour parier sur le premier renvoi de l’année.