Nos paris du jeudi

Embed from Getty Images

Les paris du jeudi est une chronique hebdomadaire dans laquelle je ressors les paris qui me semblent les plus intéressants dans la LNH. Pourquoi le jeudi? Parce que c’est souvent une journée remplie de matchs et que c’est plaisant de faire un peu d’argent avant la fin de semaine. La nouveauté de l’année, c’est que je vais inclure un lock que je vais jumeler à tous les paris suggérés afin de suivre l’argent que tu aurais fait en pariant 10$ sur mes choix jumelés au lock. Pourquoi le lock au lieu du match en réglementaire? Parce qu’il y a trop de matchs en prolongation et que tu veux cheerer pendant le trois contre trois. 

Fiche de l’année : 51-45
Perte annuelle : 161,12$

Après une pause d’une semaine pour la date limite des échanges, la chronique revient avec le même but; effacer les revers des trois locks de basketball perdus qui ont tué les profits de cette chronique. Il commence à me manquer de temps, mais j’ai encore espoir.

Le lock de la semaine

Le basketball universitaire me rend toujours nerveux dans cette section du texte, mais Wichita State est l’un des meilleurs programmes au pays et ils visent encore un titre de conférence en saison régulière, donc je leur fais confiance pour aller chercher une victoire facile, mais importante au classement.

Mes paris

Je suis parmi ceux qui croient que les Bruins ont une chance légitime de gagner la Coupe, mais je dois y aller avec les Penguins ce soir. Les Bruins en sont à un quatrième match en six soirs, ce qui fait très mal aux jambes malgré les nouvelles acquisitions. D’ailleurs, j’ai l’impression que des gars comme Gionta et Holden auront besoin de quelques matchs pour se mettre dedans et contre les Penguins, ça ne pardonne pas. C’est sans parler de l’absence de Patrice Bergeron, qui est massive pour cette équipe. Casey DeSmith pourrait faire peur devant le filet de Pittsburgh, mais son % d’arrêts de 92,5% me rassure suffisamment.

Parlant de fatigue, le Lightning a probablement la pire situation de ce côté ce soir avec un deuxième match en deux soirs, une troisième en quatre jours et un quatrième en six soirs. C’est un calendrier brutal, particulièrement s’ils doivent jouer sans Kucherov. Ça commence à leur rentrer dedans comme on l’a vu contre les Sabres hier soir et contre des Stars reposés qui ont gagné le deux tiers de leurs matchs à la maison cette année, ce sera très difficile.

Les Coyotes ont encore une mauvaise réputation à cause de leur début de saison, mais ils ont seulement une victoire de moins que le Wild à leurs 10 derniers matchs (6 vs 7). Antti Raanta est exceptionnel ces temps-ci avec un % d’arrêts de 95% et quand ton gardien fait les arrêts de la sorte, tu as toujours une chance de gagner, particulièrement à la maison.

Les Preds sont en feu avec cinq gains consécutifs tandis que les Oilers en sont à un quatrième match en six soirs. Pour une équipe qui est tirée par quelques joueurs, c’est une séquence qui laisse des traces et contre des Preds qui roulent à plein régime, c’est difficile de voir comment les Oilers seront en mesure de suivre leur adversaire.

Quand on parle d’équipes qui vont dans des directions opposées, on pense assurément à cet affrontement dans lequel les Sharks ont gagné deux fois plus souvent que leur adversaire dans leurs 10 derniers matchs (6 vs 3). Martin Jones est en feu avec un % d’arrêts de 94,2% à ses six derniers départs tandis que Chicago doit s’en remettre à Jean-François Bérubé, qui tente de revigorer sa carrière dans la LNH. Chicago jouera son premier match depuis samedi dernier et ça pourrait mener à un lent départ.

C’est rare que ça arrive à une équipe de l’Est qui visite la Californie, mais les Jackets ont un avantage de repos dans cette rencontre avec les Kings qui en sont à un troisième match en quatre soirs et un quatrième en six jours. Ils y vont avec Joonas Korpisalo, ce qui est une stratégie intéressante contre un adversaire fatigué, mais il faut dire que les Kings ont gagné cinq de leurs sept derniers matchs et c’est ce qui crée cette cote.

Tags: