Le titre de division va être difficile à obtenir pour les Jackets et les Sharks malgré leurs nouveaux joueurs

Embed from Getty Images

Maintenant que la date limite est passée, c’est le temps d’évaluer les forces en présence. Comme on connait maintenant les alignements de tout le monde, c’est logique logique à faire. Par contre, il y a un danger évident de surévaluer les équipes qui ont le mieux fait comme les Sharks avec l’acquisition de Gustav Nyquist ou les Blue Jackets grâce à l’arrivée de Matt Duchene et Ryan Dzingel.

On pourrait faire de même avec les Golden Knights de Vegas grâce à l’acquisition de Mark Stone, mais la beauté dans leur cas, c’est qu’ils sont plus ou moins assurés de finir au troisième rang dans la Pacifique, donc c’est difficile de mal les placer pour le classement de fin de saison.

Je vais donc me concentrer sur les Blue Jackets et les Sharks, que plusieurs placeraient au sommet de leur division s’ils devaient faire un classement sans trop regarder la situation actuelle. Or, ces deux formations auront une bonne pente à remonter pour terminer là.

Le chemin des Sharks semble être le moins compliqué puisqu’ils n’ont que trois points de retard sur les Flames, qui ont cependant un match en main. Calgary a aussi l’avantage au niveau des victoires avant la fusillade, ce qui serait le premier bris d’égalité (39 vs 37). C’est ce qui fait en sorte que selon le modèle mathématique de l’Athlétique, les Sharks n’ont que 23% de chances de gagner la division.

Ça semble peu pour un simple retard de trois points, mais c’est ce qui arrive avec la méthode de classement actuelle de la LNH où c’est très difficile de remonter parce que c’est trop facile d’amasser des points ici et là. En plus, les deux équipes n’ont plus qu’un match face à l’autre (31 mars), ce qui donne peu de chances à San Jose de combler l’écart par eux-mêmes. Ce serait dommage pour eux parce que Vegas est un adversaire beaucoup plus compliqué en première ronde que Dallas, Colorado, l’Arizona ou Minnesota.

Bien évidemment, si la pente est aussi abrupte pour San Jose, c’est encore pire pour Columbus, qui doit dépasser deux formations (Washington et les Islanders) tout en réduisant une différence de six points avec le sommet. C’est sans parler de Pittsburgh et la Caroline qui voudraient se joindre à cette discussion. Au moins, les Jackets ont l’avantage des victoires avant la fusillade sur toutes les autres équipes.

Cependant, ce n’est pas suffisant pour le modèle de l’Athlétique, qui leur donne à peine 15% de chances de gagner la Métropolitaine. Le pire pour Jarmo Kekalainen, c’est que les chances qu’ils manquent les séries sont de 14% et ce n’est certainement pas le narratif qui suit cette équipe présentement.

Tous ces chiffres m’ont mené à un pari intéressant sur Mise-O-Jeu

Quand tu jumelles ces deux cotes, tu gagnes pratiquement cinq fois ta mise. C’est certainement une opportunité intéressante puisque tu suis les probabilités pour faire un pari intelligent causé par le narratif suivant immédiatement la date limite des échanges. C’est ce narratif qui gonfle un peu les cotes sur Mise-O-Jeu parce que tout le monde va vouloir parier sur les Blue Jackets et les Sharks. Ça te permet de gonfler ton gain potentiel et de créer un pari attrayant.

Parlant de la date limite, voici ce que j’avais à dire à ce propos lors de mon intervention à NVL :