Christophe Perreault

Nos paris du jeudi

Embed from Getty Images

Les paris du jeudi est une chronique hebdomadaire dans laquelle je ressors les paris qui me semblent les plus intéressants dans la LNH. Pourquoi le jeudi? Parce que c’est souvent une journée remplie de matchs et que c’est plaisant de faire un peu d’argent avant la fin de semaine. Comme l’an passé, c’est que je vais inclure un lock que je vais jumeler à tous les paris suggérés afin de suivre l’argent que tu aurais fait en pariant 10$ sur chacun de mes choix jumelés au lock. Pourquoi le lock au lieu du match en réglementaire? Parce qu’il y a trop de matchs en prolongation et que tu veux cheerer pendant le trois contre trois. 

Fiche annuelle : 13-7
Profit annuel : 71,73$

C’était inévitable, mais on a eu notre première semaine perdante dans la dernière chronique avec trois erreurs sur cinq choix. Heureusement, j’avais gagné assez de négligés tôt dans la saison pour bâtir un coussin intéressant. On va quand même changer un peu la formule ce jeudi en optant surtout pour des favoris, ce qui est logique puisque plus la saison avance, plus on en sait sur les forces des équipes.

Lock de la semaine

En fait, ceci est probablement mon plus gros risque puisque c’est mon lock. C’est dans un match du tournoi de la prochaine génération de l’ATP et Tsitsipas domine le reste de la compétition depuis le début du tournoi. Normalement, il devrait battre Hurkacz sans trop de problèmes et il a littéralement des dizaines de milliers de raisons de le faire, mais je dois admettre que c’est un petit risque puisque c’est un tournoi à la ronde et qu’une défaite n’éliminerait pas le Grec. C’est quand même le meilleur tennisman et de loin, donc j’y vais avec lui.

Mes paris

Les Panthers n’ont pas le meilleur début de saison, mais le calendrier se dresse parfaitement pour eux dans cette rencontre. Non seulement les Oilers en sont à un troisième match en quatre soirs, mais c’est leur 10e en 17 jours. Pour une équipe qui dépend énormément sur McDavid, la tinque à gaz commence à être vide et c’est une opportunité parfaite pour les Panthers, qui ont eu un congé de cinq jours après leur voyage en Finlande. Mike Hoffman espère reprendre là où il l’a laissé alors qu’il a au moins un point à ses neuf derniers matchs.

Brock Boeser est un cas douteux pour cette partie et même s’il participe, ce sera de façon limité, ce qui réduit considérablement les menaces offensives des Canucks. Elias Pettersson est excellent, mais il ne peut pas tout faire seul et les Bruins sont bâtis pour limiter le meilleur trio adverse. Avec Halak, qui a un % d’arrêts de 95,2% cette saison, les Bruins ont tout ce qu’il faut pour gagner devant leurs partisans et c’est pour ça qu’on les prend même si la cote n’est pas énorme.

Maintenant que les Sens ont sorti une grosse performance pour faire oublier la vidéo Uber, c’est le retour au naturel et ce n’est pas une bonne nouvelle pour eux. Leur poreuse défensive risque d’être mise à mal par des Golden Knights, qui dominent leurs adversaires depuis le début de la saison, mais qui attendent encore les résultats. Ceux-ci pourraient certainement commencer à débouler contre les Sénateurs.

Les Stars sont exténués après leur plus long voyage de l’année sur la route (six matchs) et ils n’ont eu qu’un jour de repos à la maison avant de recevoir les Sharks. Ça fait en sorte que c’est un troisième match en quatre soirs pour eux. Ils risquent aussi de jouer sans Radulov ou avec un Radu magané et considérant la profondeur de leur attaque, ce n’est pas une situation idéale. En plus, les Sharks ont le deuxième meilleur Corsi ajusté au score de la LNH cette saison, donc ça va finir par payer.

Le Wild est au milieu d’un voyage de sept matchs et à la veille d’une séquence de deux parties en 24h, les jambes doivent commencer à être lourdes. En plus, Eric Staal est malade et risque de manquer cette partie. Le Minnesota n’est pas la meilleure équipe pour exploiter la lenteur des Kings, qui bénéficient encore du dead cat bounce quand un entraîneur est renvoyé. Je m’attends à les voir gagner ce soir, mais je doute que ce succès se maintienne à long terme.

Tags: