Une entente imminente entre la LNH et ses joueurs

LNH
Crédit photo - Forbes

Il semble que les négociations sont presque arrivées à terme entre la Ligue nationale et l’Association des joueurs.

Plusieurs détails ont émergé dimanche quant à la future convention collective et surtout les paramètres du tournoi estival de la LNH.

La plupart s’attendent à ce que l’entente soit ratifiée au courant de la semaine.

Frank Seravalli de TSN a présenté un résumé de ce qu’on sait du fonctionnement des séries et des mesures qui seront prises dans les deux villes-bulles.

Dans les bulles

Chaque équipe aura droit d’amener un maximum de 31 joueurs et un total de 52 personnes. La liste doit être soumise à la LNH d’ici le 13 juillet, le jour où les camps d’entraînement doivent commencer.

Dans les sept jours précédant leur arrivée dans la ville-bulle, chaque personne devra être testée trois fois. Un délai de 48 heures sera requis entre chaque dépistage. Il n’y aura toutefois pas de quarantaine exigée une fois dans la ville-bulle. Par contre, les joueurs et membres du personnel des équipes seront testés quotidiennement.

Et ça ne se limite pas aux membres des équipes. Les arbitres, employés de l’aréna, agents de sécurité, chauffeurs d’autobus, travailleurs des hôtels et restaurants devront eux aussi subir des tests de dépistage quotidiennement.

Règles strictes

Toute personne présente dans la «bulle» devra porter un masque dès qu’elle sort de sa chambre d’hôtel. Le couvre-visage pourra être retiré lors des entraînements et matchs sur la glace ainsi que pour manger et boire.

Les entraîneurs et les arbitres n’auront pas à porter le masque durant les matchs.

Durant les cinq premiers jours dans la ville-bulle, seuls les interactions entre membres d’une même équipe seront permises.

Chaque joueur aura sa propre chambre et chaque équipe aura son étage. Les athlètes ne pourront se rendre dans la chambre d’un coéquipier.

Les bars, restaurants, piscines et centre d’entraînement des hôtels seront accessibles aux joueurs, mais la distanciation sociale sera de mise. Chaque formation aura son propre espace pour tenir des rencontres.

Les joueurs et employés des équipes et de la ligue auront le droit de quitter seulement pour un motif médical ou pour une situation familiale particulière (naissance, décès, etc.). À leur retour, ils devront toutefois se placer en quarantaine et devront subir quatre tests quotidiens avant de retourner pleinement dans la «bulle».

Les équipes qui ne respecteraient pas les mesures en place s’exposeraient à des sanctions sévères pouvant aller jusqu’à la perte de choix de repêchage. Un joueur qui refuserait de se faire tester n’aura pas le droit de jouer et pourrait être retiré de façon permanente de la bulle.

Familles

Les femmes et enfants des joueurs seront les seuls à pouvoir visiter leur proche dans la ville-bulle, mais seulement lors des finales de conférences et lors de la grande finale. Eux aussi devront se faire tester et devront se placer en quarantaine à leur arrivée.

Les équipes devront offrir de l’aide à domicile pour les familles des joueurs absents de leur foyer. Les conjointes et enfants des hockeyeurs pourront donc se faire livrer l’épicerie et d’autres produits essentiels.