Tuukka Rask (et Charlie McAvoy) forcent la tenue d’un match ultime pour la Coupe Stanley

Embed from Getty Images

Avant le match #6, l’un des nombreux sujets de discussion était le choix difficile pour le Conn Smythe si jamais les Blues gagnaient la Coupe Stanley devant leurs partisans. Avec Pietrangelo, O’Reilly, Schwartz et Binnington, ce ne sont pas les candidats qui manquent à St-Louis. Par contre, si jamais ce sont les Bruins qui l’emportent, ce sera Tuukka Rask sans aucun doute.

Le gardien des Bruins a perdu son blanchissage avec moins de huit minutes à faire dans le match 6, mais il a été assez bon pour permettre aux Bruins de gagner 5-1. Même lorsque St-Louis a compté, c’était de justesse alors qu’ils ont dû aller à la reprise vidéo pour voir que le tir de Ryan O’Reilly avait bel et bien traversé la ligne des buts de justesse.

Les Blues avaient eu un autre jeu serré plus tôt dans la rencontre, mais cette fois-ci, Charlie McAvoy était venu à la rescousse de son gardien. Il a frappé la rondelle au vol pour éviter qu’elle traverse la ligne. À ce moment-là de la rencontre, ça aurait ramené le score à une égalité de 1-1. À l’exception de ces deux séquences, le gardien des Bruins semblait intraitable devant sa cage. Il a fini le match avec 28 arrêts.

C’est Brad Marchand qui avait ouvert la marque dans cette rencontre en profitant d’un 5 contre 3 en première période. Par la suite, ce sont Brandon Carlo et Karson Kuhlman qui ont donné un coussin aux siens en première moitié de troisième. Le but de O’Reilly avait donné un peu d’espoir à la foule, mais ça a été de courte durée puisque David Pastrnak a confirmé la tenue du septième match. Chara en a ajouté dans un filet désert.

Cette partie ultime se jouera mercredi soir à 20h à Boston. Le dernier match #7 en finale de la Coupe Stanley date de 2011. Les Bruins étaient aussi impliqués, mais cette fois-là, ils l’avaient joué sur la route à Vancouver. Ils avaient évidemment gagné la partie 4-0. Il reste quatre joueurs de cette équipe dans l’alignement actuel des Bruins.

Le sauvetage de McAvoy

Le premier but des Bruins