RM // Derick Brassard a déjà marqué son premier but avec l’Avalanche

LNH
Embed from Getty Images

Des fois, les ajouts de la date limite tardent avant d’avoir un impact sur leur nouvelle équipe parce que la transition n’est pas toujours à facile. Ça ne semble toutefois pas être le cas de Derick Brassard, qui a marqué son premier but avec l’Avalanche lors de son premier match avec ses nouveaux coéquipiers. En plus, c’était dans un match contre les Panthers, qui l’avaient échangé plus tôt dans la journée.

Avec ce but, Derick Brassard a égalé sa production pour la Floride, avec qui il a joué 10 matchs, donc il ne faut s’attendre à ce qu’il marque à tous les soirs non plus. Par contre, je dois admettre que le but était assez beau et que le Québécois semble avoir déjà une bonne chimie avec ses nouveaux coéquipiers. Sur la séquence, il s’est faufilé parfaitement et ça n’a pas pris de temps avant que Graves le repère avec une passe parfaite.

Malheureusement pour l’Avalanche, c’est venu dans une défaite de 4-3 en prolongation. C’est déjà leur 12e défaite en temps supplémentaire cette saison, ce qui est un sommet dans la LNH alors que personne d’autre ne s’est rendu à 10. Ils n’ont gagné qu’un match après le temps réglementaire jusqu’à maintenant cette saison et s’ils manquent les séries, ce sera un lien facile à faire.

Une chose est certaine, le Lightning n’est pas en danger de manquer les séries. Lundi soir, ils ont atteint la barre des 100 points à leur 63e match. Seuls deux éditions du Canadien dans les années 70 ont réussi à faire mieux dans l’histoire de la LNH, ce qui montre à quel point l’équipe de Julien Brisebois est dominante. C’était un neuvième gain de suite pour Tampa Bay, qui a quand même eu besoin de la fusillade pour battre les Kings. On ne s’enlignait pas là-dessus quand Brayden Point a marqué un beau petit but moins de 100 secondes après le début du match.

Quant à eux, avec un retard de six points causé par cinq défaites en six matchs, les Sabres ne peuvent plus vraiment penser aux séries. Les Leafs ont prolongé leur vilaine séquence avec un gain de 5-3 lundi. C’est le genre de match où tout semblait bien rouler offensivement pour Toronto, du moins en deuxième période où ils ont marqué quatre fois, comme on le voit sur le but d’Auston Matthews ci-dessous qui était un cadeau du ciel. Jack Eichel a marqué deux fois pour Buffalo, mais ce n’était pas suffisant.

Nouvelles et rumeurs

  • La date limite des échanges était évidemment la grosse histoire de la journée, mais ce n’est pas tout ce qui est arrivé dans la LNH.
  • Quelques minutes après l’heure limite, Eric Staal a signé une prolongation de contrat de deux saisons avec le Wild, qu’il ne voulait visiblement pas quitter. Il aura un impact salarial de 3,25 M$ sur la masse salariale pendant ces deux années. On peut présumer qu’elle comprendra aussi une clause de non-échange. Il a 41 points en 62 matchs cette saison.
  • Les Islanders sont les seuls à ne pas avoir conclu de transaction depuis le début de la saison régulière.
  • Aucun choix du top 10 du repêchage de 2010 n’est encore avec l’équipe qui l’a repêché. Le dernier était Mikael Granlund, qui avait été pris au neuvième rang de cet encan amateur.

Tendances à suivre

  • Roberto Luongo a maintenant le troisième plus grand nombre de victoires en carrière dans l’histoire de la LNH (485). Il a devancé Ed Belfour pour faire en sorte que le trop trois (Brodeur, Roy, Luongo) soit complètement québécois.
  • Pour sa part, Pekka Rinne a encore du chemin à faire, lui qui a pris le contrôle de la 22e position devant Nikolai Khabibulin et Gump Worsley avec sa 334e victoire dans la LNH.
  • Avec son 776e match consécutif en carrière, Keith Yandle a égalé la cinquième plus longue séquence de l’histoire de la LNH, précédemment détenu par Craig Ramsay. Sa séquence est vieille d’un peu moins de 10 ans (elle a commencé en mars 2009), mais il lui manque encore près de 200 parties pour rejoindre Doug Jarvis au sommet de la liste.
  • Aucun gardien dans l’histoire des Maple Leafs n’a rejoint la barre des 100 victoires aussi rapidement que Frederik Andersen (177 matchs).
  • Cory Schneider a gagné quatre de ses cinq derniers départs et il a un % d’arrêts de 93,4% à ses huit derniers matchs. Il semble vraiment avoir mis ses problèmes derrière lui.