Pénalité de 5 minutes à Cody Eakin: Jonathan Marchessault se vide le coeur

LNH
Crédit photo - Capture d'écran Twitter

La pénalité de 5 minutes imposée à Cody Eakin a complètement modifié le cours du match numéro 7 mardi entre les Sharks et les Golden Knights. Alors que Vegas menait 3-0 en troisième période, San Jose a inscrit 4 buts sur cet avantage numérique, en route vers une victoire de 5-4 en prolongation.

La décision des arbitres a suscité la colère des partisans des Golden Knights, mais également des joueurs de la formation de Las Vegas.

 

Jonathan Marchessault livre le fond de sa pensée

Après la rencontre, l’attaquant des Golden Knights Jonathan Marchessault ne s’est pas gêné pour dire ce qu’il pensait de cette décision.

Le Québécois a qualifié de «f***ing joke» la pénalité imposée à son coéquipier. Il estime que les arbitres ont basé leur décision sur la blessure subie par Joe Pavelski, plutôt que sur le geste posé par Eakin. Marchessault aurait aimé qu’une reprise vidéo soit utilisée pour vérifier la séquence. Selon lui, les arbitres n’ont tout simplement pas vu ce qui s’est réellement passé. L’ancien des Remparts a répété qu’il s’agissait d’une décision gênante pour les officiels.

L’attaquant québécois aurait pu accepter une pénalité de deux minutes, mais il trouve que la punition de 5 minutes était complètement démesurée. Si Cody Eakin avait obtenu une pénalité mineure, le pire qui aurait pu arriver, c’est que les Sharks rétrécissent l’écart à 3-1. Avec environ 10 minutes à faire, Jonathan Marchessault est persuadé que ses coéquipiers et lui auraient été en mesure de remporter la victoire.

À la place, la pénalité de 5 minutes a permis à San Jose d’inscrire 4 buts en 4 minutes et d’ultimement gagner la partie. Marchessault a ouvertement déclaré que le match avait carrément été volé par les arbitres.

L’attaquant québécois était en furie de devoir passer les 5 prochains mois à ruminer cette défaite subie dans des circonstances controversées. Jonathan Marchessault est convaincu que les Golden Knights avaient ce qu’il fallait pour connaître un autre printemps magique.