Les Leafs échangent Patrick Marleau

Embed from Getty Images

Samedi midi, les Maple Leafs ont échangé Patrick Marleau aux Hurricanes en retour d’un choix de sixième ronde en 2020. En compagnie de Marleau, il y a un choix conditionnel de première ronde en 2020 ainsi qu’une sélection de septième tour de la même année qui prenne la direction de la Caroline. Le but était évidemment de se débarrasser de son impact de 6,25 M$ sur la masse salariale.

C’est un choix conditionnel de premier tour, mais il risque d’être transigé puisque la condition est seulement une protection pour Toronto. Si le choix des Leafs en est un de top 10 au prochain repêchage, les Hurricanes recevront plutôt un choix de première ronde en 2021.

Patrick Marleau ne sera toutefois que de passage en Caroline. Les Hurricanes rachèteront probablement la dernière année de son contrat pour qu’il puisse terminer sa carrière à San Jose. Sa famille était déjà retournée là-bas, donc ça semble écrit dans le ciel. En rachetant l’entente, les Hurricanes ne sauvent rien sur la masse salariale, mais ils économisent tout de même 416 667$. Ça va quand même leur coûter 3 833 333 $. C’est tout un message que le nouveau propriétaire, Tom Dundon, envoie au marché. Il est prêt à dépenser pour aider son équipe, ce qui n’a à peu près jamais été le cas en Caroline.

Marleau a dû lever sa clause de non-mouvement pour que cette transaction se concrétise, donc il a dû recevoir une confirmation des Canes pour le faire. Ces derniers vont quand même tenter de le convaincre de rester avant de le racheter, mais avec sa famille en Californie, c’est pratiquement impossible qu’il décide de rester.

Patrick Marleau est loin d’être un mauvais joueur, mais il a clairement ralenti au cours des dernières années. Pour un gars qui se démarquait grâce à son coup de patin, ça fait mal. Il a quand même récolté 37 points l’an passé pour Toronto, mais il était devenu un joueur de troisième trio. Pour un impact de 6,25 M$, ce n’est pas acceptable avec les Leafs, qui manquent d’argent pour garder leur noyau intact, et c’est pour ça qu’ils ont dû s’en départir à si gros prix.