Les équipes les plus punies de la dernière décennie

LNH
Crédit photo - USA Today

La décennie 2010-2019 est maintenant terminée.

Il y a plusieurs statistiques intéressantes qu’on peut faire ressortir des dix dernières saisons dans la LNH.

Aujourd’hui, j’ai décidé de m’intéresser aux formations les plus punies de la ligue entre les saisons 2009-2010 et 2018-2019.

 

1- Flyers

Même si les années des Broad Street Bullies sont loin derrière nous, l’agressivité est encore bien présente chez les Flyers de Philadelphie.

La formation de la Pennsylvanie est la formation la plus punie dans la LNH au cours de la dernière décennie. Avec une récolte de 9787 minutes de pénalité, les Flyers ont passé en moyenne 12:27 au cachot par rencontre.

Ils sont également au sommet de la LNH avec 30 expulsions, soit une moyenne de trois par saison.

Wayne Simmonds arrive en tête de liste de l’équipe avec 784 minutes de punition en 584 matchs avec les Flyers. Scott Hartnell (606 minutes) et Zac Rinaldo (572 minutes) complètent le podium.

 

2- Ducks

En deuxième position, on retrouve les Ducks d’Anaheim.

Ces derniers ont écopé de 9306 minutes de punition au cours de la dernière décennie. Ça leur fait en moyenne 11:50 de temps de pénalité par rencontre. Anaheim a par ailleurs écopé de 426 infractions majeures, un sommet dans la ligue au cours des dix dernières saisons.

Il faut dire que Corey Perry et Ryan Getzlaf ont longtemps mené l’équipe non seulement pour le nombre de points, mais aussi par leur style physique.

C’est d’ailleurs Perry qui a été le joueur le plus puni de la formation entre 2009-2010 et 2018-2019. Celui-ci a passé 788 minutes de punition en 702 matchs.

Getzlaf arrive quant à lui au second rang avec un total de 527 minutes de pénalité en 687 rencontres.

Mention bien plus qu’honorable à George Parros. Le bagarreur est le troisième joueur des Ducks à avoir passé le plus de temps au banc des punitions. Ses 392 minutes de pénalité ont été enregistrées en seulement 181 matchs.

 

3- Sénateurs

Les Sénateurs arrivent quant à eux au troisième rang avec 3555 minutes de punition. Ça représente en moyenne 11:50 par match.

Ce score s’explique en grande partie par le rendement de Chris Neil. Ce dernier a, à lui seul, écopé de 1224 minutes de pénalité, soit un peu plus du tiers du total des Sens durant la dernière décennie.

Zach Smith (693 minutes) et Mark Borowiecki (589 minutes) arrivent quand à eux en deuxième et troisième positions. Précisons que Borowiecki a obtenu ce total en seulement 322 matchs.

 

4- Blues

Les plus récents champions de la Coupe Stanley obtiennent quant à eux le quatrième rang de ce palmarès.  Les Blues arrivent à seulement deux minutes de punition de moins que les Sénateurs, avec un total de 3553 minutes.

Le dur à cuire Ryan Reaves a dominé son ex-formation avec 695 minutes de pénalité en 419 rencontres.

David Backes arrive quant à lui au deuxième rang. Ce dernier a passé 668 minutes au cachot en 524 matchs.

B.J. Combreen complète le podium avec un total de 393 minutes de punition en seulement 199 parties.

Il faut également mentionner la fiche de Cam Janssen (321 minutes de pénalité en 97 rencontres).

 

5- Penguins

Les Penguins ont remporté deux fois la Coupe Stanley au cours de la dernière décennie. La formation de Sidney Crosby s’est démarquée par son offensive, mais visiblement aussi par sa robustesse.

Pittsburgh arrive après tout au cinquième rang de ce classement avec un total de 3547 minutes passées au cachot.

Les Penguins décrochent par ailleurs le second rang des équipes ayant reçu le plus d’expulsions (27).

Evgeni Malkin est le joueur le plus puni de l’équipe au cours des dix dernières minutes. L’attaquant russe a dominé sa formation avec 664 minutes de punition en 610 matchs.

Le défenseur Kris Letang arrive quant à lui en deuxième place (491 minutes de pénalité en 603 rencontres). Le troisième rang revient à Chris Kunitz et Sidney Crosby qui sont ex aequo avec 373 minutes de punition. Kunitz a toutefois atteint ce total en 549 matchs, soit 104 de moins que Crosby.

 

6- Lightning

Tampa est une puissance offensive de la LNH depuis plusieurs années.

La formation floridienne a aussi réussi à se démarquer sur le plan de la robustesse. En effet, le Lightning a écopé de 3515 minutes de pénalité au cours des dix dernières saisons.

C’est toutefois l’équipe qui a reçu le moins d’expulsions (11) parmi celles faisant partie du top 10 des formations les plus punies.

Le défenseur Victor Hedman est le joueur qui a passé le plus de temps au cachot (529 minutes en 696 matchs), mais Steve Downie arrive en deuxième position avec un total de 500 minutes en seulement 191 rencontres.

Steven Stamkos se mérite quant à lui la troisième position (438 minutes de punition en 667 parties).

 

7- Canadiens

Qui l’eut crû? Le tricolore est la septième formation la plus punie de la dernière décennie.

Le CH a obtenu 3451 minutes de pénalité.

P.K. Subban est celui qui a passé le plus de temps au banc des punitions (532 minutes en 434 matchs).

Tomas Plekanec n’était pas un joueur particulièrement indiscipliné, mais sa longévité lui permet d’arriver au second rang du Canadien avec un total de 373 minutes de punition en 673 parties.

Brandon Prust, en revanche, a écopé de 365 minutes de pénalité en seulement 172 rencontres. Ça fait de lui le troisième joueur le plus puni du tricolore au cours des dix dernières années. Dans le lot, il a reçu 37 pénalités majeures.

 

8- Canucks

Qui a dit que la robustesse était davantage un phénomène américain que canadien? Les Canucks constituent la troisième formation canadienne dans ce top 10.

Vancouver décroche la huitième position des formations les plus punies de la dernière décennie. L’équipe de la Colombie-Britannique a écopé de 3419 minutes de pénalité.

Le Québécois Alex Burrows est le joueur des Canucks qui a passé le plus de temps au cachot (583 minutes en 534 matchs).

La deuxième place revient au défenseur Kevin Bieksa qui a écopé de 481 minutes de punition en 371 rencontres.

Finalement, le dur à cuire Derek Dorsett complète le top 3 avec un total de 459 minutes de pénalité en 184 parties.

 

9- Blue Jackets

Pendant plusieurs saisons, les Blue Jackets ont eu la réputation d’être une équipe combative, malgré un talent offensif limité.

Avec 3385 minutes de punition, Columbus termine au neuvième rang de ce palmarès.

Jared Boll est de loin le joueur des Blue Jackets le plus puni de la dernière décennie. Ce dernier a passé 789 minutes au banc des pénalités en 368 matchs.

Et qui se retrouve au deuxième rang?

Derek Dorsett!

En effet, le goon se retrouve donc dans le top trois de deux formations différentes. Chez les Blue Jackets, Dorsett a écopé de 577 minutes de pénalité en 228 rencontres.

La troisième place revient à Brandon Dubinsky et ses 448 minutes de punition en 430 parties.

 

10- Stars

Finalement, les Stars terminent en dixième place avec un total de 3373 minutes de pénalité.

Le Français Antoine Roussel est le meneur de la formation texane. Il a passé 806 minutes au banc des punitions en 413 rencontres.

Jamie Benn arrive en deuxième position avec 560 minutes de pénalité en 745 matchs.

Steve Ott obtient quant à lui la troisième place des Stars grâce à ses 492 minutes passées au cachot en seulement 229 parties.