Les équipes canadiennes sont nettement sous-représentées en séries

LNH
Crédit photo - Hooked on Hockey Magazine

Pour une 26 année de suite, c’est une équipe américaine qui soulèvera la Coupe Stanley.

On a beau souligner que ce sont souvent des joueurs canadiens qui se démarquent en séries, il en demeure pas moins que c’est décevant que le pays du hockey n’a vu aucune de ses équipes remporter les grands honneurs depuis maintenant un peu plus d’un quart de siècle.

 

Le Canada déjoue les probabilités

L’insuccès des équipes canadiennes permet au hockey de se développer davantage aux États-Unis. On ne s’étonnera donc pas si Gary Bettman ne se plaint pas trop de la léthargie pancanadienne depuis 25 ans.

Bien sûr, chaque équipe a ses propres raisons qui expliquent les échecs répétés des dernières années. Chacune des saisons, chacune des séries disputées a sa propre histoire et il est hasardeux de faire des liens entre ces nombreux échecs des équipes canadiennes.

Néanmoins, d’un point de vue purement objectif et statistique, les formations du Canada déjouent les probabilités.

Si on regarde les 10 dernière saisons (de 2009-2010 à 2018-2019), une seule équipe canadienne a atteint la finale. Il s’agit des Canucks qui, en 2011, se sont inclinés face aux Bruins lors de la ronde ultime des séries. En incluant les séries de cette année, le Canada aura été représenté seulement une fois en finale sur une possibilité de 20. Pourtant, de 2009 à 2014, le Canada possédait 6 des 30 équipes de la ligue (20%). De 2014 à 2017, 7 des 30 formations de la LNH étaient canadiennes (23,33%). Et au cours des deux dernière saisons, ce pourcentage est passé à 22,6% (7 équipes sur 31).

Normalement, les probabilités moyennes pour une équipe canadienne d’accéder à la finale au cours des 10 plus récentes saisons étaient de 21,5%.

Pourtant, la présence en finale pour les formations canadiennes est de 5%.

En gros, on aurait dû voir une des équipes du Canada en finale à deux reprises, mais ce n’est arrivé qu’une fois.

 

En première ronde

Oublions la finale et attardons-nous à chacune des rondes des séries.

Au premier tour, on retrouve chaque année 16 équipes. Si on se fiait aux probabilités, ça voudrait donc dire que le Canada aurait vu ses équipes disputer au moins une ronde de séries environ 34 fois en 10 ans.

Pourtant, seulement 27 formations canadiennes se sont qualifiées pour les séries depuis la saison 2009-2010.

  • Probabilités : 21,5%
  • Résultats : 16,9%

 

En deuxième ronde

Poursuivons cette réflexion. Toujours en se fiant aux probabilités mathématiques, le Canada aurait dû obtenir un total d’environ 17 présences au deuxième tour des séries en 10 ans.

Cependant, la réalité est encore une fois loin des probabilités. En effet, seulement 10 formations canadiennes ont disputé une série de 2e ronde au cours des 10 dernières saisons (toujours en incluant cette année)

  • Probabilités : 21,5%
  • Résultats : 12,5%

 

En troisième ronde

Selon les probabilités, le Canada aurait dû être représenté entre 8 et 9 fois en finales de conférences de 2010 à 2019.

Encore une fois, on est bien loin du compte. En effet, en 10 ans, seulement 4 fois une formation canadienne a disputé au moins trois rondes.

  • Probabilités : 21,5%
  • Résultats : 10%

Verdict

D’une part, il faut prendre ces chiffres avec un grain de sel. Après tout, le hockey ne se joue pas sur les probabilités. Ce n’est pas un jeu basé sur le hasard.

Toutefois, on peut constater que le Canada est sous-représenté en séries par rapport à ses chances mathématiques. Et plus les séries avances, plus les équipes canadiennes s’éloignent des probabilités. Ces données n’expliquent pas les causes des insuccès des formations canadiennes. Elles ne font que pointer du doigt une situation. Il s’agit maintenant pour les Canadiens, les Sénateurs, les Maple Leafs, les Jets, les Oilers, les Flames et les Canucks de trouver les solutions.