Le rêve du retour des Nordiques est-il mort?

LNH
Crédit photo - Le Centre Vidéotron

Le Centre Vidéotron a fêté le week-end dernier les cinq ans de son inauguration.

Cinq années passées sans équipe de la LNH et on se demande maintenant si Québec réussira un jour à obtenir un club de la Ligue nationale.

Alain Rochefort et Radio-Canada ont publié un article intéressant sur le sujet mardi. Le texte part de la déclaration de Régis Labeaume lundi. Le maire de Québec a affirmé que le projet n’était pas mort et qu’il tentait actuellement de connaître l’état des finances du circuit Bettman.

Néanmoins, plusieurs experts cités dans l’article ne partagent pas l’optimisme du maire. Ils parlent notamment du manque d’enthousiasme affiché par la LNH au cours des dernières années. Québec est davantage perçu comme un marché permettant de favoriser une surenchère.

Las Vegas a eu son équipe, Seattle aura bientôt le Kraken. La Ligue nationale aura alors 32 équipes. On peut penser que la prochaine expansion attendra, puisque le chiffre de 32 apporte un bel équilibre au sein des conférences et divisions..

D’ailleurs, Houston semble davantage intéresser la LNH. Si une 33e formation s’ajoutait au circuit Bettman, on pourrait donc voir un autre marché être préféré à celui de Québec.

Un trop petit marché?

La valeur en hausse des franchises de la LNH pourrait également nuire à la candidature de Québec. Las Vegas a payé 500 millions pour les Golden Knights, alors que Seattle a déboursé 650 millions pour le Kraken. Combien devra payer Québec pour obtenir une concession? Quelle sera la capacité de payer des propriétaires? Après tout, la vieille capitale est un tout petit marché de 750 000 habitants.

L’aire métropolitaine élargie de Las Vegas compte plus de deux millions de personnes. Du côté de Seattle, on parle d’un marché de près de 3,5 millions d’habitants.

À Houston, on retrouve 2,3 millions de personnes et ce chiffre grimpe à 6,3 millions si on regarde l’ensemble de l’agglomération.

La COVID-19 force actuellement la ligue à présenter des matchs dans des gradins vides. On ignore quand les partisans pourront retourner dans les arénas, ni combien pourront être rassemblés. Même si on a un retour à la normale relativement rapide, la crise sanitaire ne va qu’accentuer l’importance des droits de télévision pour la LNH.

Et ça, ce n’est pas une bonne nouvelle pour la candidature de Québec.

En effet, non seulement le bassin de téléspectateurs n’est pas élevé dans la Capitale-Nationale, mais en plus, il ne s’agirait pas d’un nouveau public. La vaste majorité des gens qui regarderaient les matchs des Nordiques, regardent déjà le CH. Plusieurs achètent déjà des articles aux couleurs du tricolore. En terme de revenus, une équipe à Québec entraînerait une rentrée d’argent beaucoup moindre qu’à Las Vegas, Seattle ou Houston.

Finalement, l’un des experts cités dans l’article mentionne que plus le temps avance, plus le Centre Vidéotron vieillit. Ça veut donc dire qu’en plus du coût initial de 370 millions, il faut payer pour entretenir, et éventuellement rénover, l’amphithéâtre. Après 10 ans, on peut penser qu’un autre 370 millions aura été déboursé pour maintenir l’édifice à jour. Encore une fois, c’est beaucoup d’argent.