Le retour des Nordiques grâce à la COVID-19?

LNH

La pandémie pourrait-elle favoriser le retour des Nordiques? Serge Savard pense que oui.

Dans un entretien accordé au Journal de Montréal, l’ancien joueur et directeur général des Canadiens a indiqué que les pertes financières de la LNH pourraient mousser la candidature de Québec.

Si la ligue est forcée d’annuler le reste de la saison et des séries, le circuit Bettman essuiera d’importantes pertes financières.

Selon diverses sources, la LNH s’attendrait à perdre jusqu’à un milliard de dollars en raison de la crise sanitaire actuelle.

Serge Savard estime que si c’est le cas, des équipes comme les Coyotes ou les Panthers ne pourront plus se tourner vers la ligue pour combler leur manque à gagner. Jusqu’ici, la LNH a toujours soutenu financièrement les équipes générant moins de ventes de billets. Néanmoins, si la ligue encaisse de lourdes pertes financières, Serge Savard pense qu’elle ne sera plus disposée à sauver les fesses des clubs qui fonctionnent moins bien.

Ça voudrait donc dire qu’un déménagement serait davantage envisagé par la LNH pour éviter plus de pertes financières.

Québec

L’ancien DG du CH pense aussi que le fait que Québec soit une capitale provinciale pourrait se révéler un atout intéressant. En effet, alors que plusieurs marchés verront un lent redémarrage économique, celui de Québec pourrait être accéléré en raison de l’importante quantité de fonctionnaires. En effet, ceux-ci reviendront plus rapidement au boulot que des travailleurs d’entreprises privés.

Ça veut donc dire qu’il y aurait plus de gens disposés à acheter des billets pour un match de la LNH.

Par ailleurs, Serge Savard affirme aussi que les marchés traditionnels vont voir leur valeur augmenter. La LNH dépend beaucoup des ventes de billets et les partisans des équipes les plus populaires seront plus enclins à retourner à l’aréna que ceux de marchés moins traditionnels.

Un optimiste prudent

Le Journal de Montréal a aussi consulté l’économiste Philip Merrigan. Ce dernier pense qu’il faudra attendre deux ans avant de savoir si l’optimise de Serge Savard est réaliste.

Dans un premier temps, les matchs de la LNH seront certainement présentés à la télévision, sans spectateurs dans les gradins. Dans cette mesure, le marché où est présenté une rencontre n’aura pas d’importance.

L’an prochain, la ligue devra évaluer les dommages et possiblement entamer une transition. Il va aussi falloir évaluer de quelle façon l’économie nord-américain et mondiale va se remettre en branle avant que la LNH ne procède à un changement majeur, comme le déménagement d’une équipe.