La famille des joueurs aura un rôle clé dans la reprise de la LNH

Embed from Getty Images

Phillip Danault a fait réagir plus tôt cette semaine en s’opposant au retour de la LNH pour cette saison. Il a notamment expliqué qu’il ne voulait pas être séparé de sa famille pour une longue période et on peut certainement comprendre ses réticences à ce niveau-là.

Il est d’ailleurs loin d’être le seul à penser ainsi. Selon Darren Dreger, qui en a parlé dans l’Insider Trading de jeudi, il n’y aura pas de reprise de la saison si les joueurs n’ont pas la permission de visiter leur famille.

Il faut se rappeler que pour que le tout recommence, l’association des joueurs devra donner son accord. On pense depuis le début qu’ils donneront le go parce que ça va diminuer leurs pertes en fiducie pour l’an prochain qui pourraient s’élever à 35% de leur salaire. Par contre, ils ne sont visiblement pas prêts à le faire à tout coup et c’est difficile de les blâmer.

Comme le but de la quarantaine proposée par la LNH est d’éviter que le virus se propage, c’est dur de voir comment ils pourraient inclure des visites familiales dans le système. Il semble toutefois qu’ils n’auront pas le choix parce que sans cette option, c’est fort possible que la saison 2019-20 ne soit qu’un rêve.

Dreger a aussi parlé de la deuxième phase du plan qui pourrait commencer en mai. Il a précisé que ce ne serait pas obligatoire et qu’on parle du 1er juin comme date obligatoire pour que les joueurs soient de retour dans la ville de leur équipe. On peut imaginer que cette précision vient de l’importance que les joueurs placent sur leur temps de famille.

Cette demande vient certainement compliquer le plan de la LNH, qui travaille déjà dans des conditions difficiles. Ceci étant dit, sur le plan humain, c’est une demande 100% logique des joueurs. Il faudra maintenant voir si la ligue trouvera un miracle médical pour les accommoder.

Tags: