Kevin Labanc est en train de perdre son pari

LNH
Crédit photo - The Mercury News

En juillet dernier, Kevin Labanc a surpris le monde du hockey en signant un contrat d’une saison et un million de dollars.

Une entente bien en-deçà des attentes pour l’attaquant de 23 ans qui était en pleine ascension. À ses trois premières saisons avec les Sharks, Labanc a vu sa sa production offensive grimper de manière significative.

  • 2016-2017 : 8 buts et 12 passes en 55 matchs
  • 2017-2018 : 11 buts et 29 passes en 77 matchs
  • 2018-2019 : 17 buts et 39 passes en 82 matchs

 

Un pari risqué

Le contrat que Kevin Labanc a signé avec les Sharks le 8 juillet dernier était donc toute une aubaine pour la formation californienne.

Ce dernier a indiqué par après qu’il voulait donner plus de marge de manœuvre à son directeur général. Cette entente n’était aucunement avantage pour le jeune attaquant. Il n’était pas éligible à des bonis de performance et se retrouvera encore agent libre avec restriction cet été.

Son pari était que les départs de plusieurs attaquants de l’équipe, dont Joe Pavelski, lui laisseraient plus de temps de glace. Kevin Labanc croyait, comme plusieurs observateurs, qu’il continuerait de progresser en 2019-2020.

Malheureusement, la réalité est jusqu’à présent bien différente.

 

Une saison décevante

Après 55 matchs, l’attaquant américain est en bonne voie de dépasser son sommet personnel de 17 buts. Il a marqué 13 filets depuis le début de la campagne.

Toutefois, ça se gâte au niveau des passes. Labanc a seulement 16 mentions d’aide cette saison. Ça lui fait donc un total de 29 points, soit 27 se moins que son total de l’an dernier. À moins d’une fin de saison extraordinaire, il ne s’approchera pas de ses 56 points de la saison 2018-2019.

L’attaquant américain est actuellement le 7e meilleur pointeur de sa formation, le cinquième au niveau des attaquants. Il est également le cinquième attaquant le plus utilisé de sa formation avec un temps de jeu moyen de 16:11.

L’an dernier, Kevin Labanc était le huitième attaquant le plus sollicité par son entraîneur, avec une utilisation moyenne de 14:01. Il avait aussi terminé au cinquième rang des pointeurs chez les attaquants des Sharks, mais au sixième rang si on inclut les défenseurs.

 

Valeur en baisse

Cette saison, Kevin Labanc a le deuxième pire différentiel de son équipe et le pire parmi les attaquant des Sharks. Il a une fiche de -20. L’an passé, l’ailier droit avait conclu la campagne avec un différentiel de -1.

La saison dernière, l’Américain avait aussi tiré son épingle du jeu en séries avec une récolte de quatre buts et cinq passes en 20 rencontres éliminatoires. Les Sharks sont actuellement à l’avant-dernier rang de l’Ouest, à 10 points d’une place en séries. Kevin Labanc n’aura donc probablement pas l’occasion de se racheter lors du tournoi printanier.

L’été dernier, Kevin Labanc aurait certainement été en mesure d’aller chercher un contrat de 3-4 millions par année pour trois saisons.

À la lueur de ses performances actuelles, il ne pourra se négocier une telle entente s’il va en arbitrage cet été.

Le contrat de Labanc avait fait beaucoup fait jaser en juillet dernier. Il n’avait certainement pas été bien perçu par les autres hockeyeurs et agents de la LNH. Gageons maintenant qu’aucun joueur dans une situation similaire n’osera prendre ce risque à l’avenir.