Dylan Strome prend la route de Chicago

LNH
Embed from Getty Images

Les Coyotes ont finalement jeté la serviette avec le troisième choix du repêchage de 2015. Ils ont échangé Dylan Strome et Brendan Perlini aux Blackhawks de Chicago en retour de Nick Schmaltz. Il n’y a pas de choix au repêchage ou de salaire retenu dans cette transaction. Les Coyotes ont perdu 6-1 plus tôt aujourd’hui, donc on peut présumer que John Chayka voulait du changement.

On ne peut pas vraiment dire que Strome avait encore la valeur d’un troisième choix au total et c’est compréhensible considérant le fait que son gros point d’interrogation est sa vitesse dans une ligue qui s’accélère constamment. En plus, Dylan Strome a passé la majorité de la dernière saison dans la AHL. Il y a bien fait avec plus d’un point par match, mais à ce stade-ci de son développement, c’était clairement une déception. Cette saison, le centre a une récolte de six points en 20 parties.

Brendan Perlini est un autre choix de première ronde des Coyotes qui ne s’est jamais vraiment développé comme souhaité. Il faut dire qu’il vient de l’encan de 2014, qui n’est pas le plus fameux des dernières années, mais il avait quand même été choisi 12e. Sa meilleure saison dans la LNH a été celle de 30 points l’an passé. Cette année, il a autant de points que Strome (6) en 22 matchs.

Pour ce qui est de Nick Schmaltz, c’est lui qui a le plus prouvé qu’il pouvait produire dans la LNH en récoltant 52 points en 2017-18. C’est certain qu’il était bien entouré, mais il a quand même mérité sa place et il a prouvé qu’il pouvait suivre. Cette saison, c’était plus tranquille avec 11 points, mais on ne peut pas dire que les Hawks sont dominants et c’est presque le total des deux joueurs contre lesquels il a été échangé.

Comme c’est le cas pour toutes les transactions dans la LNH, il y a aussi des raisons salariales à cet échange. Comme il a plus produit dans la LNH, Nick Schmaltz aura le droit à une plus grosse augmentation salariale que les deux autres lorsque son contrat viendra à échéance à la fin de l’année et les Hawks ne peuvent pas se le permettre. Aussi, les Coyotes étaient à la limite de 50 contrats et ça leur permet de respirer un peu de ce côté.