Cédrick Desjardins raconte comment Sidney Crosby l’a rendu meilleur

LNH
Crédit photo - Sportsnet

Ce sera une grande soirée aujourd’hui à Rimouski. L’Océanic va retirer le chandail de nul autre que Sidney Crosby.

Avant de dominer la LNH, le joueur originaire de la Nouvelle-Écosse a fait la pluie et le beau temps pendant deux saisons à Rimouski.

Son séjour dans le junior a été bref, mais a marqué à jamais le Bas-Saint-Laurent et l’ensemble de la LHJMQ. Il a en effet récolté un impressionnant total de 303 points en 121 matchs. Crosby était déjà une immense vedette à cette époque et sa renommée n’a fait que croître depuis.

14 ans après avoir quitté Rimouski, Sidney Crosby a cumulé 1216 points en 943 rencontres. Il a remporté trois coupes Stanley, ainsi que le trophée Art Ross, le Maurice-Richard, le Conn Smythe et le Hart à deux reprises chacun.

 

Le témoignage de Cédrick Desjardins

Ce matin, l’équipe du matin du 91,9 Sports avait Cédrick Desjardins en entrevue. Le gardien de 33 ans connaît bien Sidney Crosby. Il a joué avec lui durant les deux saisons passées par «Sid The Kid» au sein de l’Océanic.

Desjardins a raconté comment déjà en 2003, Crosby avait l’attitude d’un professionnel. Il surveillait son alimentation et la quantité d’eau qu’il buvait. Sidney Crosby ne vivait que pour le hockey.

Cédrick Desjardins a aussi rappelé que Sidney Crosby prenait toujours le temps de signer des autographes pour les fans qui l’attendaient dans chaque ville que visitait l’Océanic.

 

Rendre ses coéquipiers meilleurs

Au printemps 2005, Rimouski a remporté le championnat de la LHJMQ. L’Océanic s’est finalement incliné en finale de la Coupe Memorial, face aux Knights de London.

Crosby y est pour beaucoup. Non seulement il a produit des points à un rythme d’enfer, mais il rendait ses coéquipiers vraiment meilleurs. Parlez-en à Dany Roussin qui a connu des saisons de 117 et 116 points en compagnie de Sidney Crosby. Après ça, il n’a plus rien fait, n’atteignant jamais la LNH.

Marc-Antoine Pouliot a lui aussi bénéficié de la présence de Sidney Crosby. Durant la saison 2004-2005, le Québécois a récolté 114 points. Il n’a jamais connu le même succès, mais a au moins réussi à jouer un peu dans la LNH. On ne parle toutefois pas d’un parcours exceptionnel (192 matchs, 21 buts et 36 passes en 7 saisons).

Même Cédrick Desjardins affirme s’être amélioré au contact de Crosby. En 2003-3004, Desjardins était le gardien numéro 2 de l’Océanic. Sa motivation n’était alors pas dans le tapis. Durant une pratique, son niveau d’intensité a quelque peu baissé et Sidney Crosby ne s’est pas gêné pour lui dire.

Plutôt que de critiquer bêtement Desjardins, Sidney Crosby est allé le voir et lui aurait dit : «si tu ne joues pas mieux, c’est mauvais pour nous deux. Tu ne t’améliores pas, mais moi non plus.»

Cédrick Desjardins affirme que le niveau d’intensité de Crosby dans le junior a contribué à faire de lui un meilleur gardien. Cette saison-là, Desjardins a gardé le filet à 20 reprises. L’année suivante, il a disputé 44 rencontres. L’autre d’après, il a joué 41 matchs avec les Remparts.

Jamais repêché dans la LNH, Cédrick Desjardins a ensuite fait partie de l’organisation du CH avant d’aboutir à Tampa. Il aura au final disputé 6 matchs dans la LNH, avec le Lightning.

Certes, il n’a pas connu une carrière grandiose dans la LNH, mais il aura au moins réussi à atteindre la meilleure ligue au monde. Guillaume Lavallée, celui qui était numéro devant le filet de l’Océanic en 2003-2004, ne peut en dire autant.

En bref, Cédrick Desjardins fait partie d’une longue liste de joueurs qui ont certainement connu un peu plus de succès qu’ils auraient dû. Tout ça grâce à Sidney Crosby.