Brad Marchand intraitable avec les journalistes

LNH
Crédit photo - Capture d'écran Twitter

Quand une équipe subit une défaite, on comprend que les joueurs n’aient pas trop envie de répondre aux questions des médias. Lors qu’une équipe est éliminée, c’est encore pire et on peut facilement comprendre pourquoi.

Toutefois, en cas de victoire et surtout lorsqu’une formation remporte une série, on s’attend généralement à ce que les joueurs aient plus envie de jaser.

Pour une raison qu’on s’explique assez mal. Brad Marchand a fait exactement le contraire lundi.

Les Bruins ont vaincu les Blue Jackets 3-0 et se sont ainsi qualifiés pour la finale de l’Est en éliminant Columbus en 6 matchs.

Après la victoire des siens, Brad Marchand était en entrevue avec Kyle Bukauskas, de Sportsnet. Le journaliste lui a posé des questions très légitimes, aucunement compromettantes et positives. Sauf que la peste des Bruins n’avait visiblement aucune intention de fournir des réponses intelligentes. Marchand s’est contenté de très très courtes réponses qui ne voulaient pas dire grand chose.

 

Une histoire de patin?

Cette étrange entrevue s’explique peut-être par un incident s’étant produit plus tôt dans la série

Lors de la première rencontre, Brad Marchand avait asséné un coup de patin sur le bâton de Cam Atkinson durant une mise au jeu.

Après ce geste tout à fait détestable, l’attaquant des Bruins avait dit avec arrogance que le joueur des Blue Jackets avait tenté d’abîmer son patin. Marchand avait déclaré avoir dû aller le faire aiguiser au vestiaire par la suite.

Avant le match #2, le joueur des Bruins était en entrevue avec le journaliste de Sportsnet. L’échange se déroulait bien, jusqu’à ce que Kyle Bukauskas lui demande s’il avait pu faire aiguiser son patin depuis la dernière rencontre. Marchand n’a visiblement pas apprécié la question et a mis fin abruptement à l’entrevue.

Pas seulement un froid entre deux hommes

On pourrait admettre que Brad Marchand ait décidé d’être rancunier avec le journaliste de Sportsnet. C’est immature comme réaction, mais au moins, on est capable d’y voir une certaine logique.

Sauf que l’histoire ne s’arrête pas là.

Un peu plus tard lundi soir, Brad Marchand était en mêlée de presse dans le vestiaire. Le vétéran s’est fait poser un total de 19 questions et ne fournissait que des réponses d’un mot ou deux. En fait, en 19 questions, il a formulé un total de 36 mots.

Ce qui est possible, c’est que ce soit un pari que Brad Marchand a pris avec ses coéquipiers. Cette possibilité a d’ailleurs été soulevée par l’un des journalistes et on a vu Brad Marchand esquisser un sourire alors qu’il s’est contenté de répondre : «maybe».